4 règles d'or pour skier sans se blesser

Skier sans se blesser
Skier sans se blesser
Avec 150 000 accidents par an, le ski reste un sport à risque. Pour profiter des plaisirs de la glisse en toute sécurité, quelques précautions s'imposent.


1 - Je m’échauffe

Comme tous les sports, le ski nécessite de s'échauffer sérieusement si l'on veut éviter claquages et douleurs musculaires.

Avant de faire votre première descente et après avoir avalé un solide petit-déjeuner riche en glucides lents et en vitamines, consacrez-y aux moins 5 minutes.

Pour les genoux :

  • debout, bras le long du corps, pieds joints, dirigez vos deux genoux vers le pied gauche en les fléchissant légèrement. Revenez en position initiale et recommencez le mouvement vers la droite. Répétez plusieurs fois ;
  • debout, jambes très écartées, fléchissez le genou droit et gardez la jambe gauche tendue. Gardez la position 20 secondes, revenez en position initiale et recommencez de l'autre côté. Répétez plusieurs fois.


Pour le buste :

  • debout, jambes tendues, pieds à l'écartement du bassin, levez le bras gauche au-dessus de la tête et inclinez-vous lentement vers le côté droit. Gardez la position 10 secondes, revenez en position initiale et changez de côté. Répétez plusieurs fois ;
  • debout, pieds très écartés, jambes tendues, mains sur les hanches, penchez-vous en avant et pivotez le torse vers la gauche en amorçant le mouvement avec le coude droit. Faites le même exercice vers le côté droit puis répétez 2 fois de chaque côté.

2 - Je règle bien mes fixations

L'entorse du genou est de loin la pathologie la plus fréquente au ski.

Il faut savoir que plus de la moitié des lésions des membres inférieurs pourraient être évitées si le réglage des fixations était correct. C'est pourquoi il est indispensable, à chaque séjour à la neige, de faire régler et ajuster vos fixations chez un professionnel selon les normes en vigueur. Des normes qui prennent en compte le sexe, le poids et le niveau du skieur ainsi que la taille de sa chaussure.

3 - Je porte un casque

Même les pratiquants les plus aguerris sont susceptibles de chuter ou d'entrer en collision avec un autre skieur.

Ce type d'accidents expose à des traumatismes crâniens sources de décès ou de séquelles très importantes. C'est pourquoi les spécialistes recommandent le port du casque, notamment aux enfants de moins de 11 ans et aux personnes de plus de 55 ans, qui restent les plus vulnérables.

4 - Je ménage mes forces

Une fois sur les pistes, ne surestimez pas vos forces. Votre organisme n'est pas habitué au froid, à l'altitude et à des efforts physiques si importants. Allez-y progressivement et dès que vous sentez la fatigue vous gagner, déchaussez.

La plupart des chutes se produisent en fin de journée, quand on est à bout de force.