Acheter une vivace : à qui, où, comment ?

Comment acheter des vivaces © C.Hochet
Comment acheter des vivaces © C.Hochet
Tout ce qui brille n’est pas de l’or. Ne vous laissez pas éblouir par les fleurs d’une plante. Vous éviterez ainsi les végétaux poussés à coup d’engrais, pas toujours bon marché, et qui seront incapables de s’adapter au plein air, dans votre jardin. 


Sur place ou par correspondance ?

L’achat sur place est toujours préférable. Néanmoins, si vous achetez par correspondance, commencez par de petites commandes avant d’accorder votre confiance à un fournisseur lointain.  
Dans tous les cas, commandez tôt et plantez dès réception. Pour des raisons de coût de transport et de facilité d’emballage aussi bien que pour faciliter la reprise, le mieux est de faire une commande à la saison de repos, généralement d’octobre à mars sous nos climats.

Surveillez les racines

Vérifier les racines des vivaces © C.Hochet
Vérifier les racines des vivaces © C.Hochet

Les plantes vivaces sont presque exclusivement fournies en godet, dans lequel tout se passe. Les amateurs avertis le savent bien, et n’hésitent pas à dépoter les végétaux pour voir l’état des racines et de la souche. Une bonne vivace doit remplir son logement. A la différence des arbres et arbustes, il est plutôt souhaitable que les racines aient envahi tout l’espace, le risque de « chignon » étant nul ou presque.
A l’inverse, si le substrat vous reste entre les mains, renoncez à l’achat : la plante est sans doute insuffisamment établie, ou vient juste d’être rempotée dans un contenant plus grand, auquel cas c’est lui qu’on vous vend, pas la plante.

A quel prix ?

Les différences de prix d’un fournisseur à l’autre pour une qualité similaire peuvent être considérables. Avant de vous décider, et si vous achetez sur place, comparez les produits entre eux. Par correspondance, vous ne pourrez vous fier qu’aux caractéristiques renseignées par le fournisseur.
Les avis d’autres jardiniers peuvent vous renseigner sur la réputation d’une maison. En effet, les sociétés d’amateurs sont de vraies mines d’information.