10 choses que vous ne savez pas sur les tickets resto, bientôt dématérialisés

Article mis à jour le 

L'arrivée imminente des tickets restaurant dématérialisés est l'occasion de passer en revue cet avantage social que les Français sont nombreux à plébisciter. Tour d'horizon.

Comme nous vous l'indiquions récemment : le titre-restaurant va pouvoir être utilisé de façon dématérialisée par le biais des cartes ou applications à partir du 2 avril prochain. Résultat, les Français sont nombreux à se poser des questions quant à son utilisation, auxquelles nous avons répondues ici. Voici dix chiffres clés qui révèlent la popularité de cette solution en France.

3,8 millions, c'est le nombre de salariés profitant à l'heure actuelle des tickets resto en France.

En découle une émission annuelle de pas moins de 706 millions de titres-restaurant.

3,5 millions de titres utilisés pour chaque journée de travail en France.

D'où un chiffre d'affaires annuel sur le marché global du titre-restaurant de 5,5 milliards d'euros.

7,31 euros : c'est le montant moyen d'un titre. À noter que sa valeur, qui n'est pas limitée (pas de minimum, pas de maximum), est établie librement par l'employeur.

Pas moins de 15,14 % des repas servis chaque année en France sont réglés avec un titre-restaurant.

180 000 établissements adhèrent à ce mode de règlement.

Près de 72 % des employés trouvent le titre dématérialisé avantageux, d'après un sondage Moneo Resto.

19 euros : il s'agit du montant maximum qu'il sera prochainement possible de régler au quotidien avec une carte.

Quelque 6 acteurs sont présents sur le marché du titre-restaurant, parmi lesquels trois font déjà profiter de solutions dématérialisées : Resto Flash, Edenred (Ticket Restaurant) et Moneo Resto. Par la suite, les trois restants (Chèque Déjeuner, Sodexo – Chèque Restaurant et Natixis – Chèques de Table) offriront une solution comparable.

Sources : moneo resto, metronews, restoflash