10 films incontournables qui ont inspiré la saga GTA

Article mis à jour le 

À quelques jours de la sortie de GTA V, attendue fiévreusement par plusieurs dizaines de millions de joueurs de par le monde, le moment est venu de revenir sur l'un des fondements de la série Grand Theft Auto à l'origine de sa singularité : le cinéma. Car si cette saga vidéo-ludique culte du jeu vidéo a bien changé au fil des années, gagnant petit à petit en densité et en références, que serait-elle sans les Martin Scorsese, Francis Ford Coppola, Brian De Palma, William Friedkin et autres Michael Mann ? Petit tour d'horizon des films sans lesquels GTA n'aurait pas la même couleur.

Dans le monde du jeu vidéo, aujourd'hui, nombreux sont les titres à s'inspirer ouvertement du cinéma pour dessiner leurs scénarii, parfois avec grâce, souvent avec vanité. Point de prétention mal placée, pourtant, du côté du studio Rockstar Games, à qui l'on doit la saga Grand Theft Auto. Les développeurs de ce blockbuster sont des cinéphiles avertis et ça se voit. De fait, les hommages aux plus grands films policiers et longs métrages de gangsters de l'histoire du cinéma sont nombreux, et en général adroitement disséminés dans le fil du récit.

Résultat : les médias qui, il y a quelques années encore, n'hésitaient pas à attaquer ouvertement GTA pour son ton politiquement incorrect et son irrévérence sont les mêmes qui encensent désormais le titre de Rockstar Games. Rappelons à ce titre qu'il aura fallu de nombreuses décennies au cinéma et à la bande dessinée avant d'être véritablement reconnus en tant qu'"art" à part entière. Gageons qu'il en soit un jour de même, donc, quant à la reconnaissance de cet univers foisonnant qu'est le jeu vidéo.

Dan Houser et Sam Houser, deux conteurs de génie

Vous l'aurez compris : jouer à GTA ne consiste pas seulement à renverser des piétons en traversant des aires de jeu gigantesques, c'est surtout une saga archi stylisée, référencée et dotée de personnages riches, de dialogues et scénarios toujours plus inventifs. Merci qui ? Dan Houser et Sam Houser, d'une part, scénaristes de l'ombre de Grand Theft Auto qui sont également pour beaucoup dans le choix des innombrables musiques qui font l'ambiance du titre - 17 radios virtuelles, pour un total de 240 morceaux, seront présentes dans GTA 5. Mais aussi d'autre part à Dennis Hopper (Easy Rider), William Friedkin (French Connection) ou encore Antoine Fuqua (Training Day), grandes sources d'inspiration du jeu…

Tête de cheval sur lit immaculé

Le Parrain (Francis Ford Coppola, 1972) est sans aucun doute l'un des films les plus cités de l'histoire du cinéma. C'est dans GTA III que Rockstar Games lui rend l'hommage le plus parlant : en lieu et place d'Al Pacino et Marlon Brando, on y retrouve la famille Leone (Corleone, dans The Godfather), régie par le parrain Salvatore Leone (au lieu de Don Corleone).

Tony Montana, Tony Camonte, les balafrés

La plupart des personnages principaux dans la saga GTA rappellent tour à tour le Tony Camonte de la version de Scarface de Howard Hawks (1932) et le Tony Montana du remake éponyme de Brian de Palma (1983). C'est par exemple le cas de Niko Bellic dans GTA IV, de CJ dans GTA : San Andreas et bien sûr de Tommy Vercetti dans GTA : Vice City. À noter d'ailleurs que la demeure démesurée de Tony Montana est reproduite presque à l'identique dans GTA : Vice City.

Des voitures de sport, des flics gominés, et Miami

Connaissez-vous Miami Vice (Michael Mann, 1980) ? Non, il n'est pas là question du film éponyme avec Colin Farrell et Jamie Foxx réalisé par Michael Mann, mais bel et bien de la série plus connue en France sous le nom de Deux Flics à Miami. Également mis en scène par Michael Mann (Heat), cette dernière a été diffusée pour la première fois en 1984. Sa recette ? Des costumes blancs, des chemises roses, des mocassins, des néons fluo, Testarossa, bref le kitsch de Miami dans toute sa splendeur. Eh bien, souvenez-vous : dans GTA : Vice City, les policiers en voiture de sport rouge ou jaune que vous voyiez débarquer après avoir mis la ville à feu et à sang en sont la réplique exacte.

To Live and Die in L.A.

Vous connaissez certainement le cinéma de William Friedkin via des films comme L'Exorciste, French Connection et plus récemment avec Bug et Killer Joe. Mais avez-vous déjà jeté un œil sur son long-métrage Police fédérale Los Angeles (To Live and Die in L.A., 1985) ? Car celui-ci n'est autre que l'une des principales sources d'inspiration de l'ensemble de la série GTA. D'ailleurs, une mission de GTA : San Andreas baptisée "Just Business" fait directement référence au film, renvoyant à la célèbre course-poursuite entre William Petersen et Willem Dafoe.

Un cadavre dans la nuit

Dans Les Affranchis, film de gangsters culte du réalisateur new yorkais Martin Scorsese (Taxi Driver, Raging Bull), un célèbre plan montre en contre plongée les visages de trois mafieux éclairés de rouge observant un corps inanimé dans un coffre. À cet instant, le cadavre (ou presque) est hors champ, en lieu et place de la caméra. Ce plan précis est visible à de nombreuses reprises dans la saga GTA. D'une manière générale, GTA III, si l'on met de côté l'époque, est fortement influencé en termes de personnages et de scénario. À noter également que Ray Liotta, l'un des acteurs fétiches dans Les Affranchis a prêté sa voix au personnage de Tommy Vercetti dans GTA : Vice City.

New Jack City

Film plutôt méconnu signé Mario Van Peebles, New Jack City (1991), avec Wesley Snipes, est l'une des principales influences des missions et des personnages de GTA : San Andreas, au même titre que Boyz N the Hood (John Singleton, 1991) et Menace to Society (Albert et Allen Hugues, 1993).

Carlito's way

Dans GTA : Vice City, Ken Rosenberg, l'avocat véreux accro à la cocaïne, n'est autre que la copie conforme trait pour trait du rôle de Sean Penn (David Kleinfeld) dans L'Impasse (Brian de Palma, 1993), plus connu sous le nom de Carlito's way.

LE braquage de banque

Inutile de rappeler que Heat (Michael Mann, 1995), dans lequel sont réunis Robert de Niro et Al Pacino, est un des plus grands films policiers des années 1990. Souvent reprise (cf. Batman, The Dark Knight, entre autres), sa séquence de braquage est l'une des plus brillantes jamais mises en scène dans toute l'histoire du cinéma. D'ailleurs, Dan et Sam Houser ne s'y sont pas trompés en lui rendant hommage à travers la mission sensationnelle "Three Leaf Clovers" de GTA IV.

En territoire ennemi

Mis en scène en 2001 par John Moore, avec notamment au casting Gene Hackman et Owen Wilson, En territoire ennemi, film d'action sans prétention et vite oublié, reste néanmoins l'une des principales sources d'inspiration pour la création du personnage principal de GTA IV, Niko Bellic. Celui-ci ressemble en effet à s'y méprendre, que ce soit physiquement ou psychologiquement, au méchant bosniaque du film, Sasha. C'est d'ailleurs précisément le nom du costume à débloquer dans la dernière aventure de Liberty City.

GTA V : chronique d'un succès annoncé

Ce top 10 prenant fin, rappelons que la saga GTA, c'est aujourd'hui plus de 125 millions d'exemplaires vendus et à chaque nouvel opus et une vague record d'absentéisme dans les bureaux, notamment aux États-Unis. Avec un budget de développement évalué à 137 millions de dollars, hors budget promotionnel, GTA V dépasse le budget d'un film tel que Watchmen (130 millions de dollars) et devient le jeu le plus cher de l'histoire. Une tendance au faste qui n'est pas prête de s'arrêter avec l'arrivée prochaine de consoles comme la PS4 et la Xbox One.

À noter que les ventes devraient, d'après les analystes, dépasser le demi-milliard de dollars de recettes réalisé en 24 heures lors du lancement du jeu Black Ops 2 en 2012. D'autres parlent quant à eux d'un retour sur investissement le jour même de son lancement. Affaire à suivre.

Sources : Pratique.fr, Rockstar Games, Jeuxvideo.com, Allocine