CES 2015 : La Poste se lance dans la course aux objets connectés

Article mis à jour le 

Fort d’un partenariat avec Archos, La Poste s’apprête à sortir sa propre gamme d’objets connectés spécialement conçus pour la maison. Un secteur où l’on n’attendait résolument pas l’opérateur de services postaux hexagonal…

Sans crier gare, La Poste se fraie un chemin au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas. L’entreprise française entend en effet trouver sa place sur le segment de la maison connectée, une façon aussi de dénicher de nouveaux leviers de croissance, à l’heure de la chute du courrier. Pour arriver à ses fins, La Poste a donc signé un partenariat avec le fabricant français Archos. Résultat, celle-ci va proposer un pack intégrant une tablette ainsi que des objets connectés, comme une prise connectée, une mini caméra ou encore un détecteur de fumée. Sans surprise, ladite tablette servirait alors à régir les objets intelligents en question.

À la différence de plus d’un concurrent, le système d’Archos permet de se servir à la fois des appareils de la marque mais aussi de ceux d’autres fabricants. Sont ainsi compatibles des équipements conçus par Schneider Electric, Philips, Somfy, Myfox ou encore Legrand. Objectif du dispositif : mettre à disposition un seul espace sur sa tablette pour contrôler sa maison et non pas d’innombrables applications dédiées à un appareil en particulier.

La maison connectée, un univers très concurrentiel

Pour Docapost, une filiale de La Poste, l’idée est de faire accéder le plus grand nombre à une solution facile à utiliser et à mettre en place. En pratique, ce "hub numérique" pourra être acquis via le site internet de La Poste, mais aussi bien sûr via les bureaux de poste classiques. En parallèle, les facteurs pourraient de leur côté voir leurs tâches s’étoffer : ces derniers pourraient en effet être amenés à expliquer le fonctionnement du dispositif aux personnes intéressées.

Reste que La Poste est loin d’être isolée sur le segment de la maison connectée puisque SFR et Orange disposent d’offres similaires. Même chose pour Nest, la filiale de Google, qui conçoit actuellement son écosystème de maison connectée. Affaire à suivre.

Sources : lefigaro, larevuedudigital, challenges