3 astuces pour reconnaître le bon fruit au premier coup d'œil

Article mis à jour le 

Si vous en avez assez de vous faire berner par des melons sans goût et des tomates sans âme, sachez qu'il existe des astuces pour reconnaître les fruits qui ont du potentiel. Explications.

Commencez par lire les affichettes

Cela peut sembler bateau, mais toutes les informations dont vous avez besoin pour trouver le bon fruit sont mentionnées sur ces fameuses affichettes, outre le prix. En levant la tête, vous prendrez ainsi connaissance de l'origine du produit. Par exemple, dans le cas des melons, il va s'en dire qu'il ne vaut mieux pas opter pour les "Charentais du Maroc". Il faut en effet savoir que le terme "Charentais" ne renvoie qu'à la variété du fruit. Et ceux cultivés au Maroc ne manquent pas. Or, les fruits qui voyagent beaucoup ne sont pas souvent cueillis à maturité, et sont dans la plupart des cas conservés au frais. Résultat, pas sûr que leur qualité gustative soit au rendez-vous. Évidemment, n'oubliez pas, aussi, de prendre uniquement des fruits de saison.

Ne négligez pas les multiples variétés

À chaque été ou presque, les étalages débordent de tomates de variétés de toutes sortes. Pour savoir lesquelles choisir, il vaut mieux d'abord se demander à quelle sauce et avec quel accompagnement les consommer. Allez-vous les manger cuite ou nature ? Avec un accompagnement ou pas ? Par exemple, les célèbres "Cœur de bœuf", souvent pâteuses, sont plutôt à utiliser de façon poêlée qu'en salade. Lorsqu'arrive le moment fatidique de la sélection, préférez les petits calibres dans le cas des "Merinda" et "Cœurs-De-Pigeon". Et choisissez-les à l'inverse très grosses dans le cas des "Noires de Crimée", "Marmandes" ou "Cœurs de bœuf". Procédez de la même manière avec les pommes : détaillez d'abord vos recettes avant de choisir, d'autant plus qu'on ne trouve pas les mêmes tout au long de l'année.

Assurez-vous de leur poids

Non, contrairement aux idées reçues, le plus important n'est pas le parfum qu'ils dégagent, ou en tout cas pas toujours. Lorsque vous prenez un melon en main, assurez-vous d'abord qu'il soit lourd, avec également un pédoncule qui se retire facilement – preuve que le fruit est riche en sucre. Par ailleurs, dans le cas des pastèques, tapez avec votre poing dessus pour savoir si elles sont sucrées et goûteuses. Plus ça sonne creux, mieux c'est. Dans le cas des pêches, abricots et autres nectarines, le mieux est d'opter pour les gros calibres, preuve que le fruit a eu le temps de mûrir. Et surtout, ne misez pas tout sur l'apparence : un fruit biscornu n'est pas plus mauvais qu'un autre, c'est simplement qu'il n'est pas calibré pour la grande distribution. Et encore que, puisque les supermarchés commencent à changer leurs habitudes.

Sources : femmeactuelle, allodocteurs, metronews