5 actions du gouvernement pour enrayer le harcèlement dans les transports

Article mis à jour le 

Le gouvernement vient de lancer un vaste plan de lutte contre le harcèlement des femmes, dans les transports
Le gouvernement vient de lancer un vaste plan de lutte contre le harcèlement des femmes, dans les transports

Jeudi 9 juillet, Pascale Boistard, secrétaire d’État chargée des Droits de la femme, a présenté le plan gouvernemental de lutte contre le harcèlement et les violences sexuelles subies par les femmes dans les transports publics.

Un nombre alarmant de femmes sont victimes de harcèlement ou d’agression sexuelle, et ce, au moins une fois dans leur vie dans les transports en commun. Reprenant les recommandations du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh), le gouvernement français n’a pas tardé à réagir. L’occasion de mettre en place 5 mesures visant à diminuer et à faire face au harcèlement des femmes dans les transports publics.

 

Un dispositif participatif pour aider les femmes

Pour éviter que la gent féminine ne se fasse agresser dans les bus ou le métro, le gouvernement a instauré des mesures participatives. Le but est d’amener les femmes à visiter les différentes stations de transport en commun. Ainsi, elles pourront signaler les endroits dangereux et les éviter. À la fin de ces repérages, l’État s’assurera d’optimiser la sécurité dans ces zones sensibles, en améliorant entre autres l’éclairage et en augmentant leur surveillance.

 

Un système d’alerte par SMS

D’après Pascale Boistard, de nombreuses usagères hésitent à signaler les harcèlements et autres agressions dont elles sont victimes. Pour remédier à ce problème, le gouvernement a établi un système d’alerte par SMS. D’ici à la fin de l’année, il suffira d’envoyer un SMS discret au 3117 pour la SNCF, et au 3249 pour la RATP afin de signaler toute forme d’acte répréhensible ou d’agression. Des applications de géolocalisation sont également en cours de préparation pour parer à toute éventualité.

 

Exit les publicités sexistes

Adieu les images de femmes en petite tenue dans le métro et autres stations de transport en commun. Depuis l’adoption des précautions anti-harcèlement du gouvernement, les messages et publicités à caractère sexiste dans les transports publics ont été supprimés. Selon la secrétaire d’État, des mesures ont été prises par les publicitaires et les transporteurs pour que toute image promouvant le stéréotype de femme-objet n’ait plus sa place dans ces espaces publics.

 

Mise en place d’arrêts à la demande

Se déplacer la nuit est risqué pour une femme seule. Pour parer aux dangers que représentent les déplacements nocturnes pour la gent féminine, le gouvernement a décidé de suivre l’exemple des Canadiens et de mettre en place un système d’arrêt à la demande. De ce fait, elles pourront demander aux chauffeurs de s’arrêter au plus près de leur domicile, même s’il ne s’agit pas de l’arrêt habituel. Cette mesure aidera à limiter les risques d’agression ou de harcèlement.

 

Une campagne de sensibilisation pour protéger les femmes

À partir de cet automne, l’État mettra en place une grande campagne de sensibilisation sur les risques encourus par les femmes dans les transports publics. Des supports pédagogiques et un espace internet seront créés à cet effet. À charge pour l’Éducation nationale de sensibiliser les collégiens et les lycéens des dangers du harcèlement. Cette démarche permettra également au gouvernement de rappeler aux citoyens que toute forme de harcèlement ou d’agression est sévèrement punie par la loi.

 

Sources : 20minutes, respectmag