5 aliments incontournables à mitonner en juin

Article mis à jour le 

Que le soleil ne soit pas vraiment au rendez-vous, et ce à quelques jours de l'été, ne vous donne pas pour autant le droit de négliger votre alimentation. Pour cette raison, nous avons sélectionné pour vous une série de cinq aliments incontournables à cuisiner en juin. L'occasion de faire le plein de soleil dans votre assiette.

Exit la roquette, les asperges et la rhubarbe d'avril et les petits pois et autres choux-fleurs de mai, le moment est venu de se tourner vers des légumes plus estivaux et des fruits de saison produits à quelque pas de chez nous.

Parmi les valeurs sûres :

- le petit oignon blanc, un atout anti-cancer  et anti-diabète bon pour la circulation sanguine. Allié incontournable de notre santé, celui-ci regorge de sels minéraux de type potassium, phosphore, iode, fluor, fer, soufre, silice, mais également de vitamines A, B et C. Rempart efficace contre les angines, la grippe et la diarrhée, il permet de limiter le cholestérol et combat l'acide urique. À noter par ailleurs que le petit oignon blanc a également des vertus antiseptiques, prévenant notamment l'infection des petites blessures. Enfin, cet aliment n'est pas à négliger si vous surveillez votre ligne. Intégré à votre alimentation, il apportera du goût à tous vos plats en vous offrant ainsi la possibilité d'utiliser moins de sel ;

 - le melon, un des fruits les plus savoureux, et pourtant l'un des moins caloriques. Composé à 90 % d'eau, ce dernier n'affiche que 30 à 50 kcal aux 100 g en moyenne d'une variété à l'autre et 10 à 12 % de sucre. Parmi les variétés les plus répandues en France : les melons Charentais ou Cantaloup, riches en fer, phosphore, potassium, en sels minéraux et en vitamines A, B1, B3, B6, B9, C et E. En sus des bienfaits inhérents à leur composition, les melons sont souvent recommandés pour les personnes souffrant de constipation, de rhumatismes, d'arthrite ou encore de problèmes pulmonaires. Idéal pour éliminer les toxines, le melon peut également faire office de calmant lorsqu'on l'applique sur des brulures légères. Enfin, il peut servir une fois pressé de soin du visage ;

- la tomate charnue, un fruit que l'on consomme la plupart du temps comme un légume. Consommée à tort tout au long de l'année, la tomate ne pousse en réalité qu'à l'approche de l'été dans nos contrées. Et contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, c'est cuite qu'elle se révèle la plus savoureuse et apporte le plus de bienfaits (pensez à la ratatouille et autres légumes du soleil). Pauvre en calories et riche en minéraux de toutes sortes, elle contient du potassium, du manganèse, du cuivre, du magnésium, du phosphore, sans oublier des vitamines C, B3, B6, A, E et K. À noter enfin que la tomate est un bon allié contre le cancer de la prostate et les maladies cardiovasculaires ;

- la cerise, un fruit traditionnellement considéré comme un reconstituant et un minéralisant, du fait entre autres de sa richesse en sucres (glucose et fructose). Côté sels minéraux, on retrouve ici du potassium, du calcium, du phosphore et du sodium. Mais les vertus de cet incontournable ne s'arrêtent pas là puisque la cerise permet aussi de détendre le système nerveux et d'améliorer la concentration. Ainsi, une étude menée par le docteur Alan Hirsch M. D. à Chicago a pu prouver que les personnes soumises à l'odeur de la cerise étaient plus productives de 15 %. Pourquoi ? Parce que la cerise induit une stimulation de la région du cerveau impliquée dans le processus de l'attention. Enfin, elle a des propriétés anti-inflammatoires (dix fois plus efficaces que l'aspirine), anti-cancer, favorise la perte de poids et la santé cardiovasculaire ;

- le radis, qui l'eut cru, est un cousin du brocoli appartenant à la famille des crucifères. Même si ce dernier est surtout connu pour ses racines, ses feuilles sont pourtant tout aussi savoureuses. Commun en Europe et en Angleterre dès le Moyen-Âge, ce légume-racine est aussi bien apprécié pour son goût étonnant que sa valeur médicinale. Parfaitement adapté pour un régime, le radis est un des aliments les moins énergétiques, avec 15 kcal aux 100 g. Mais si les lipides et protéines ne sont présents qu'à l'état de traces dans les radis, il en est tout autre pour les minéraux et oligo-éléments qui joueraient un rôle important dans la prévention du cancer. Côté cuisine, les radis peuvent évidemment être savourés en salade, avec du thon, du maïs, etc. mais aussi cuits à la vapeur une quinzaine de minutes avant d'être ensuite passés à la poêle dans un peu de beurre et quelques cuillères de jus d'orange.

Sources : Dietetique.us, leblogdeshige, masantenaturelle.com, carevox