5 activités dont tout le monde rêve pour les vacances

Article mis à jour le 

Les vacanciers avides de sensation fortes sont nombreux à opter pour la chute libre
Les vacanciers avides de sensation fortes sont nombreux à opter pour la chute libre

Qui ne rêve pas de marquer ses vacances en s’adonnant à des activités atypiques et surtout en se gardant des poncifs habituels ?

Voici 5 activités qui ont toutes leurs chances de faire un maximum d’adeptes dans les prochaines années. Elles s’adressent surtout aux amateurs de sensations fortes et invitent au voyage.

Pour les amateurs de sensations fortes

Les voyageurs férus d’adrénaline feront un petit détour par l’Argentine pour un vol en tyrolienne au-dessus du glacier Cerro Frias. Il s’agirait de la meilleure manière de se délecter des panoramas de la Cordillères des Andes !

Jouer au musher (meneur de chiens) du Grand Nord

Un petit passage au pôle Nord, c’est l’assurance de passer des vacances tout simplement exceptionnelles. Cette fois-ci, il est question de s’initier à la conduite d'un attelage de chiens de traîneau. Cette expérience au cœur de décors vierges et atypiques promet un séjour incroyable et inoubliable.

Un selfie au Rwanda

Voilà qui ne devrait pas laisser de marbre les passionnés de gros primates... Rendez-vous est pris au pays des Mille Collines pour un selfie avec un gorille ! Pour trouver l’animal, on s’adonnera à un trek à travers la jungle épaisse du Rwanda.

40 secondes de chute libre

Les cieux de Buenos-Aires constituent l’endroit idéal pour une activité qui décoiffe ! À bord d’un avion et à 3 000 m d’altitude, on saute dans le vide pour s’adonner à une chute libre à plus de 200 km/h. L’occasion d’admirer la vue, imprenable, sur la pampa.

Danse avec les hippos

Nous vous proposons enfin un détour par le delta de l'Okavango, au Botswana. C’est à bord d’un imposant house-boat que vous pourrez observer les hippopotames dans leur milieu naturel... Ce safari flottant garantit une expérience unique au cœur du sanctuaire animal du continent.

 

Sources : latribune, egalimere