L’Académie française en réalité opposée à la réforme de l’orthographe

Article mis à jour le 

Hélène Carrère d'Encausse a précisé la position de l'Académie vis-à-vis de la réforme de l'orthographe
Hélène Carrère d'Encausse a précisé la position de l'Académie vis-à-vis de la réforme de l'orthographe

Hélène Carrère d’Encausse, la secrétaire perpétuelle de l’Académie française, a assuré samedi 13 février au Figaro que les Immortels n’avaient en aucun cas validé la réforme de l’orthographe, bien au contraire.

La réforme de l’orthographe, qui doit être mise en œuvre dans les manuels scolaires pour la rentrée prochaine, n’a en réalité pas été approuvée par l’Académie française. Hélène Carrère d’Encausse, la secrétaire perpétuelle de l’Académie, a souligné qu’elle n’avait pris aucune part dans la réforme. "Je n’ai pas compris les raisons qui expliquent l’exhumation d’une réforme de l’orthographe appliquée il y a un quart de siècle et où l’Académie française n’a eu aucune part, à l’inverse de ce que l’on a voulu faire croire", a-t-elle déclaré au Figaro.

Rappelons que la réforme en question, adoptée en 1990, scelle la simplification de l’orthographe de certains mots se voyant par exemple retirer leur trait d’union ou des accents circonflexes. Or, son application future au sein des manuels scolaires du primaire fait l’objet d’une polémique considérable. Tout en rappelant que la langue est une part essentielle de notre identité, Hélène Carrère d’Encausse a précisé la position de l’Académie vis-à-vis de l’orthographe : "une opposition à toute réforme mais un accord conditionnel sur un nombre réduit de simplifications qui ne soient pas imposées par voie autoritaire et qui soient soumises à l’épreuve du temps".

Enfin, elle indique que l’Académie s’était prononcée à l’époque sur un nombre réduit de rectifications d’incohérences ou d’anomalies graphiques du projet, et non pas sur l’ensemble du texte, alors en cours de développement. La secrétaire perpétuelle de l’Académie a invoqué la nécessité de revoir entièrement notre système éducatif, et non pas de conserver ou non l’accent circonflexe.

 

Sources : lemonde, rtl