Les accidents de la vie courante, ce fléau sous-estimé

Article mis à jour le 

Si vous pensez que chaque journée se ressemble, détrompez-vous, votre vie est une véritable aventure quotidienne. Vous pouvez même vous vanter d'être un authentique rescapé, voire un miraculé si rien ne vous est arrivé, car, sans même le savoir, vous évitez la catastrophe toutes les 3 minutes. En revanche, quelque part en France, quelqu'un d'autre est moins chanceux que vous.

Les accidents de la vie courante (AcVc) frappent environ 2 000 enfants tous les jours, représentant donc 730 000 mésaventures chaque année. Un enfant est victime toutes les 3 minutes de brûlures, empoisonnement, chutes, noyades etc. La GEMA, en collaboration avec Opinion Way et l'Agence Treize Articles, a donc décidé de mener une enquête sur ces fréquents et malheureux accidents.

Le danger de la maison, méconnu et sous-estimé

Parce qu'elle semble inoffensive, la maison est le lieu le plus dangereux. Si la plupart des personnes interrogées (71 %) reconnaissent que la cuisine représente un danger, ils ne sont que 59 % à la positionner en n°1 dans l'échelle des risques. Pourtant, entre le four et les casseroles bouillantes, la cuisine recèle de pièges. A commencer par la poignée de la poêle qui dépasse de la gazinière et que l'enfant curieux se fera une joie d'attraper. Pour les Français, les pièces à risques, après la cuisine, sont bien entendu la salle de bain, qui met 39 % des personnes interrogées d'accord sur le danger des électrocutions, des noyades et des chutes. Puis vient le garage, avec ses mutiples produits toxiques et outils variés, pour un peu moins d'1 Français sur 3. Enfin, les deux pièces jugées les plus sûres sont le salon (7%) et la chambre (3%). A tort.

En effet, ces chiffres attesteraient d'une méconnaissance des risques domestiques. Alors que la chambre d'enfant semble le lieu dans lequel ce dernier ne court aucun risque, ce serait une erreur : c'est précisément dans cette pièce qu'une grande partie des accidents se déroule. Bien qu'il s'agisse de sa chambre, aménagée pour lui avec des meubles d'enfant, les prises électriques comme les fenêtres restent les mêmes.Tout comme le salon, pièce de vie dans laquelle on laisse facilement son enfant sans surveillance "juste 2 minutes". Malgré les multiples allers-retours qu'on y fait, le séjour est responsable de 21 % des accidents. Pour les enfants âgés de 1 à 4 ans, les accidents domestiques sont la première cause de décès. Non sans raison : 22 % des Français, soit 1 sur 5, pensent que chez eux, toutes les pièces sont sûres. Pourtant, un incendie domestique peut être causé par un fer à repasser ou une cafetière oubliée...

Incendie domestique

La sécurité, une "histoire de femme" ?

Prévenir des dangers en installant ici et là une barrière, en protégeant un coin de meuble ou encore en mettant en hauteur les produits dangereux ne semble pas être mission impossible. Pourtant pour 72 % des Français, c'est la femme qui est responsable de la prévention au foyer. La femme, et plus particulièrement la mère, surtout si des enfants sont encore présents au domicile. Ce rôle de sécurisation est pleinement assumé pour 77 % de ces dames, dont la majorité réclame davantage de contrôle sur leur maison. Étrange qu'il y ait autant d'accidents, surtout lorsque l'on sait que 2 hommes sur 3 déclarent que la sûreté du foyer leur est prioritaire.

Le problème réel, c'est que les Français ne connaissent plus les numéros d'urgence. Suite à une brûlure, une noyade, une ingestion de liquide toxique, bref, un accident domestique en somme très commun, le bon réflexe doit être d'appeler immédiatement l'autorité sanitaire concernée. Et pas la police à tous les coups. Et "chercher dans le bottin" n'est pas non plus la bonne idée. C'est pourquoi il est important de connaitre et d'apprendre à ses enfants les numéros des pompiers, du SAMU ou encore du centre antipoison. Pourtant, 90 % des Français ignorent le numéro à contacter en cas d'empoisonnement ; 20 % des Français ignorent le numéro des pompiers et 1 sur 4 ne saurait appeler ni la police, ni le SAMU.

Des enfants jouent

Numéros et gestes à connaitre

Pour éviter tout accident, quelques "trucs" sont à savoir :

- protéger les prises électriques si celles-ci sont au sol ; recouvrir et éloigner du passage de l'enfant les fils qui relient les appareils type TV, chaine HIFI etc ;

- bloquer le maniement des placards et tiroirs, ainsi que celui les portes ;

- protéger le coin des meubles ;

- bloquer les fenêtres et leur ajouter une balustrade : il suffit d'oublier de refermer un battant pour qu'un malheur survienne;

- si vous avez des escaliers ou une piscine, installer une barrière pour empêcher tout passage ;

- pour finir, faites bien attention à ne plus laisser d'objet trainer : un bouchon de stylo est vite avalé et une paire de ciseaux peut rapidement devenir un vilain cauchemar.

Enfin, voici un rappel des numéros à connaître. Si vous avez des enfants, vous pouvez afficher ces numéros à côté du téléphone par exemple ou, mieux encore, les mettre en mémoire afin que leur utilisation soit rapide et facile. De plus, vous pouvez d'ores et déjà sensibiliser vos enfants à ces situations, afin qu'en cas d'accident, ils puissent eux-aussi vous venir en aide.

15                           SAMU

17                           POLICE SECOURS

18                           POMPIERS

112                         NUMERO EUROPEEN D'URGENCE

Différents centres anti poison : cliquez-ici

Source : Etude Gema (Gema.fr)