Pourquoi les aînés sont-ils meilleurs que leurs cadets ?

Article mis à jour le 

Les rôles se répartissent inégalement dans une fratrie
Les rôles se répartissent inégalement dans une fratrie

Premiers arrivés dans la famille, les aînés se prennent souvent pour des rois. Les scientifiques avancent 5 raisons justifiant le fait que les premiers-nés soient meilleurs que leurs petits frères et sœurs.

D’après les scientifiques, les premiers-nés sont souvent meilleurs que leurs frères et sœurs. Ils sont généralement plus intelligents, responsables, respectueux des règles, consciencieux et plus studieux que les cadets.

Plus responsables

Dans son livre intitulé The Sibling Effect : What the Bonds Among Brothers and Sisters Reveal About Us, Jeffrey Kluger explique que les aînés sont plus responsables. Ils attachent en effet plus de valeur à la loyauté et à la réussite.

Plus intelligents

Les premiers-nés sont également réputés plus intelligents que leurs frères et sœurs. Une étude menée en Norvège en 2007 a révélé que le QI des aînés est en moyenne supérieur de 2,3 points à celui des suivants.

Plus aptes à réussir

Ben Dattner, professeur à l’université de New York, souligne que les aînés sont plus disposés à la réussite. Ils obtiennent généralement de meilleurs résultats scolaires que leurs cadets. La position dominante des aînés envers leurs frères et sœurs les prédispose tout naturellement à occuper des postes de dirigeants dans la vie professionnelle.

Plus consciencieux

Une étude réalisée en 2015 suggère que les premiers-nés sont plus consciencieux que leurs petits frères et sœurs. Appuyant cette théorie, une recherche menée en Australie est arrivée à la conclusion que les personnes consciencieuses réussissent mieux que les autres.

Plus respectueux des règles

D’après certaines études, les aînés sont plus respectueux des règles. Pour se distinguer, les frères et sœurs sont en effet obligés de se montrer espiègles. Ils adoptent ainsi un comportement rebelle.

D’où viennent ces différences ?

L’environnement dans lequel grandissent les enfants serait plus déterminant que d’éventuelles prédispositions génétiques. À mesure que la famille s’agrandit il est souvent de moins en moins possible pour les parents d'encadrer le développement intellectuel de leurs enfants, par conséquent l’aîné peut prendre instinctivement le rôle de petit instructeur et de guide auprès de ses petits frères et sœurs, ce qui le rendrait plus actif et plus responsable.

Sources: huffingtonpost, quebecon

Cet article a recueilli 3 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : éducation