Alcool : un risque de cancer multiplié par deux, dès 4 verres par jour

Article mis à jour le 

Une étude australienne rappelle avec quelques prévisions à quel point l'alcool favorise et interagit avec le cancer...
Une étude australienne rappelle avec quelques prévisions à quel point l'alcool favorise et interagit avec le cancer...

Une étude australienne affirme que la consommation de quatre verres d’alcool par jour double le risque de cancer. Un phénomène qui serait d’autant plus valable dans le cas de la bouche et de la gorge.

Ce n’est pas la première fois que des chercheurs mettent le doigt sur l’interaction entre alcool et cancer. Mais rares sont à ce titre les conclusions chiffrées. Or, à en croire une étude réalisée par le Cancer Council de Victoria  et l’Université de Melbourne, le risque de développer un cancer de la bouche ou encore de la gorge serait multiplié par deux, à partir de quatre verres d’alcool par jour.

En pratique, 41 000 personnes ont été étudiées depuis les années 90, avec pour principal enjeu d’observer l’effet de l’alimentation et des modes de vie sur le développement de maladies chroniques, et notamment les cancers. À la lumière de ces évaluations, les scientifiques ont axé leurs démarches sur la consommation d’alcool des participants, mettant alors en évidence de nombreux cancers de la bouche et de la gorge. En Australie, la consommation sur le long terme d’alcool entraînerait ainsi 2 950 nouveaux cas de cancer tous les ans.

Concrètement, les chercheurs soulignent que la meilleure façon de limiter les risques de cancers relatifs à l’alcool est évidemment l’abstinence. Mais ils tempèrent en indiquant que la limite à ne pas dépasser est deux verres quotidiens.

 

La population sous-estime sa consommation

Fort de ces constats, les spécialistes se montrent inquiets face à l’incapacité de la population à évaluer correctement sa consommation et les risques qui en découlent. Ainsi, les personnes interrogées par le Cancer Council de Victoria éprouvent des difficultés à déterminer une dose standard d’alcool. D’où une perception déformée de la réalité.

Rappelons que dans le cas de l’Australie comme de la France, une dose dite standard d’alcool représente 100 mL de vin ou de champagne, 250mL de bière ou encore 30mL dans le cas d’un alcool plus fort.

 

 Sources : pourquoidocteur, cancervic.org