Alerte : les laits végétaux ne conviennent pas aux nourrissons

Article mis à jour le 

L'Anses, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, s'est saisie en octobre 2011 du sujet de la consommation de lait d'origine végétale ou animale non bovine (de chèvre, de brebis, d'ânesse, de jument) et de son impact potentiel sur la santé. Il s'avère que si la consommation de lait autre que bovin par les adultes est sans incidence sur leur santé, la substitution pour les bébés du lait maternel ou de vache par une autre source de lait pourrait avoir de graves conséquences sur leur développement ou leur santé, même à court ou moyen terme.

Après une série de cas graves survenus suite à l'alimentation de nourrissons avec ces produits non adaptés à leurs besoins nutritionnels, l'Anses s'est penchée sur le sujet : ces boissons végétales (soja, amandes, riz, etc.), présentées comme des laits, ainsi que les laits d'origine non bovine (chèvre, brebis...), n'ont pas été conçus pour les nourrissons et ne permettent pas de les nourrir correctement. L'expertise fait suite au signalement de plusieurs cas graves chez des enfants ayant été nourris presqu'exclusivement avec ces boissons qui ne constituent pas un substitut viable au lait maternel ou aux laits en poudre vendus dans le commerce.

Les femmes enceintes végétaliennes ont besoin de compléments alimentaires

"Compte tenu de la sensibilité des nourrissons à toute carence, même momentanée, ces produits ne doivent pas être utilisés, que ce soit à titre exclusif ou même partiel, chez l'enfant de moins d'un an", précise l'Anses. Et d'ajouter : "Les troubles décrits chez les nourrissons qui ont été alimentés avec ces boissons sont d'autant plus graves que leur usage est exclusif et prolongé. De telles pratiques peuvent en effet entraîner en quelques semaines un état de malnutrition ou des désordres métaboliques sévères pouvant conduire à des complications infectieuses et aller jusqu'au décès de l'enfant".

Ensuite, l'agence rappelle l'importance du lait maternel, "l'aliment de référence adapté aux besoins du nourrisson", et insiste sur le fait qu'en dehors de l'allaitement, seuls les laits spécialement adaptés aux nourrissons sont capables de couvrir tous les besoins nutritifs de l'enfant de moins d'un an, qu'ils soient à base de protéines animales ou végétales, car ils sont renforcés en protéines indispensables. Pour les mères qui suivent un régime végétalien (ne consommant aucun produit d'origine animale : ni lait, ni œufs), l'Anses recommande de suivre une cure de compléments alimentaires, notamment en protéines B12, pendant la grossesse et l'allaitement, afin de fournir à l'enfant tous les éléments dont il a besoin pour se développer dans de bonnes conditions.

Sources : Anses, Le Monde.fr