Aliments : bientôt un code couleur sur les emballages pour lutter contre l'obésité

Article mis à jour le 

Mercredi, le ministère des Affaires sociales et de la Santé a évoqué une éventuelle prochaine mise en place d'un code couleur obligatoire sur la nourriture pour informer les consommateurs des qualités nutritives des produits.

La ministre de la Santé va-t-elle bientôt annoncer la mise en place d'un code couleur obligatoire sur l'ensemble des emballages alimentaires ? C'est en tout cas ce que laisse supposer une information de la radio Europe 1, qui affirme que ce dispositif pourrait figurer dans le prochain projet de loi sur la Santé. Pour l'heure, le ministère a fait savoir que la ministre Marisol Touraine considérait le projet suffisamment intéressant pour affronter les enjeux de santé publique et améliorer l'information sur l'alimentation. Reste que le ministère des Affaires sociales et de la santé souligne qu'il ne s'agit pour l'instant que d'une piste à l'étude et que toutes les décisions restent encore à prendre.

D'après Europe 1, tous les aliments disposeraient ainsi d'une couleur spécifique, variable selon le rapport entre les ingrédients les plus nocifs pour la santé et ceux bénéfiques pour le corps tels que protéines et les fibres. À noter qu'une pétition citoyenne lancée courant mai par des sociétés savantes médicales et des associations de consommateurs et réclamant des logos simples pour limiter la malbouffe a d'ores et déjà reçu près de 20 000 signatures. Cette dernière propose un étiquetage en 5 classes disposant de couleurs – du vert au rouge – et de lettres – A à E –, le rang le plus diététique étant le A vert, et le plus riche en calories le E rouge.

Reste que ce projet fait l'objet d'une vive résistance de la part de lobbies de l'industrie agroalimentaire, d'après les associations, qui espèrent néanmoins convaincre le gouvernement de l'ajouter à la prochaine loi de santé publique. Les principaux points de cette loi devraient être dévoilés par Marisol Touraine le 17 juin prochain. Affaire à suivre.

Sources : europe1, metronews, lemonde, le figaro