Allaiter pendant 3 à 12 mois protègerait des pathologies cardiovasculaires

Article mis à jour le 

D'après une étude publiée mercredi, le fait d'allaiter pendant une durée de 3 à 12 mois permettrait de limiter sensiblement le risque de contracter des inflammations chroniques relatives à des maladies cardiovasculaires, une fois à l'âge adulte.

Après avoir étudié 7 000 personnes, des scientifiques américains ont établi un lien entre un allaitement de courte durée ou un petit poids de naissance et des niveaux importants de protéine C réactive (CRP) dans les échantillons de sang prélevés. À noter que cette dernière est principalement synthétisée par le foie et joue un rôle crucial dans les réactions inflammatoires.

Or, les chercheurs de l'Université Northwestern soulignent dans leur étude rendue publique par la revue Proceedings of the Royal Society B qu'un allaitement de 3 à 12 mois entraîne une réduction de la concentration sanguine de CRP de 20 à 30 % par rapport à des personnes qui n'ont pas été allaitées. En outre, les scientifiques se sont aperçus que chaque livre de poids de naissance en plus correspondait à une chute de la concentration de CRP de 5 %.

Un résultat identique à celui des médicaments

À en croire l'étude, l'allaitement aurait ainsi des effets comparables voire même supérieures à ceux des médicaments en matière de réduction de CRP chez les jeunes adultes. Rappelons que l'inflammation chronique serait responsable de nombreuses pathologies parmi lesquelles les maladies cardiovasculaires. Toutefois, restent encore des inconnues concernant le rôle précis de ces dernières dans l'apparition de ces pathologies.

Des jeunes adultes âgés de 24 à 32 ans originaires de milieux sociaux variés et incluant des enfants issus de parents identiques ont participé à l'étude afin de gommer l'impact socio-économique. Comme le relève Alan Guttmacher, l'un des chercheurs à l'origine de l'étude, les résultats laissent penser que l'allaitement pourrait favoriser la baisse d'un des principaux facteurs de risque de maladie cardiovasculaire à l'âge adulte.

Et pour cause, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) encourage fortement l'allaitement et le considère comme l'un des meilleurs moyens pour assurer la santé et la survie de l'enfant. Cette dernière conseille en outre l'allaitement jusqu'à six mois, tout en admettant que moins de 40 % des bébés à travers le monde en profitent aujourd'hui.

Sources : rspb, who.int, huffpost