Allocations familiales : une baisse à prévoir pour les plus aisés

Article mis à jour le 

En vue d'une prochaine économie sur les prestations sociales, le rapporteur du budget de la Sécurité sociale à l'Assemblée Gérard Bapt a recommandé, à travers un entretien diffusé ce mardi dans Les Échos, de réduire de moitié les allocations familiales des ménages aisés.

Dans un entretien publié le mardi 19 mars dans Les Échos, le rapporteur du budget de la Sécurité sociale à l'Assemblée Gérard Bapt a indiqué que les allocations familiales des ménages aisés pourraient prochainement être divisées par deux. Une façon de réaliser une économie sur les prestations sociales. Au cours de l'entretien, Gérard Bapt a fait savoir qu'il jugeait préférable, avec le secrétaire national du PS à la protection sociale Pascal Terrasse, de réduire de moitié les allocations familiales "au-delà d'un certain niveau de revenus".

Pour ce faire, le rapporteur du budget de la Sécurité sociale a préconisé de fixer le plafond de ces dernières au niveau de "celui de l'allocation de base de la prestation d'accueil du jeune enfant (PAJE)". Ce qui reviendrait à peu près à 53 000 euros par an pour un couple avec deux enfants, et un peu plus de 61 000 euros pour une famille avec trois enfants, selon Gérard Bapt, qui avance en outre une économie d'environ 1 milliard d'euros.

Un déficit jugé inacceptable pour la branche famille

À noter que le député de Haute-Garonne par ailleurs médecin-cardiologue a aussi invité à procéder à l'annulation du supplément mode de garde, qui alloue une somme d'argent pour la garde d'enfants à domicile ou chez une assistante maternelle pour les ménages dépassant les plafonds de ressources. Gérard Bapt a ajouté que cette suppression pourrait permettre de dégager deux milliards d'euros de plus. Néanmoins, a-t-il tenu à rappeler, "les allocations ne seraient pas supprimées", mais "seulement réduites".

Le rapporteur a enfin estimé "le déficit de la branche famille (…) encore plus inacceptable que les autres". Pour cette raison, il considère que les concitoyens seront prêts à consentir à une variation relative aux revenus. Aujourd'hui, il faut savoir que les allocations familiales sont attribuées à l'ensemble des foyers à compter de deux enfants sans condition. Le gouvernement, qui espère un retour à l'équilibre de la branche famille de la sécurité sociale d'ici 2016, devrait prochainement annoncer des économies à ce sujet.

Sources : Les Échos, Libération