L'Amérique invente la pizza qui ne se périme pas

Article mis à jour le 

Un laboratoire américain vient de créer une pizza dont la particularité est d'être consommable pendant trois ans. Mis au point spécialement pour les soldats partis en mission, celle-ci n'a besoin ni de réfrigération, ni de congélation.

Les chercheurs du laboratoire militaire du Massachussets ont mis au point une pizza pas comme les autres, comme le met en évidence l'agence Associated Press (AP). Destinée aux soldats de l'armée américaine, cette dernière peut-être consommée trois années durant, à condition de la conserver dans son emballage d'origine.

À noter que la pizza est l'un des principaux mets réclamés par les soldats en mission, selon Michelle Richardson, une scientifique qui a consacré deux ans à développer cette recette hors du commun. Et pour cause, depuis que les rations "prêtes-à-manger" ont succédé aux conserves – c'était en 1981 – la pizza remporte un succès hors norme auprès de ceux situés dans des zones où il n'est pas possible de cuisiner.

Le secret : un mélange de sucre, de sel et de sirops

Le principal frein au développement d'une pizza consommable pendant tout ce temps était de freiner voire même de stopper à tout prix la migration de l'humidité du fromage, de la sauce tomate et de la pâte. Pour rappel, l'humidité est l'un des principaux éléments entraînant le développement des bactéries. Pour ce faire, les scientifiques ont concocté des ingrédients dits "humectants" – un mélange de sucre, de sel et de sirops – se liant à l'eau et empêchant qu'elle ne se répande. En outre, l'équipe de chercheurs a limité l'acidité de la sauce et du fromage de façon à ce que la pizza reste fraîche pendant trois ans, et ce même en cas de fortes chaleurs.

Et ça donne quoi niveau goût, une pizza impérissable ?

Les GI n'ayant pas encore eu l'opportunité de goûter ce plat spécial, pour l'heure à l'état de prototype, il est difficile de se prononcer sur la qualité de la pizza obtenue, qui ne nécessite ni réfrigérateur ni congélateur. Toutefois, le chercheur Jill Bates considère qu'il n'y a pas de différence avec une version classique. Seule obligation : la déguster à température ambiante.

Sources : AP, Hitek