L'application de la semaine : MySOS

Article mis à jour le 

Et si un simple bouton de smartphone vous permettait de vous connecter à des utilisateurs à proximité susceptibles de vous aider ou d'avoir besoin de votre aide ? Ce concept, c'est celui de l'application gratuite MySOS.

Fin 2013, Bernard Mourad, banquier d'affaire chez Morgan Stanley entend un fait divers décisif qui va s'avérer le point de départ de son application d'entraide MySOS. Victime d'un malaise, une personne âgée  s'écroule chez elle tout juste après avoir appelé le SAMU. Mais quinze minutes plus tard, les urgentistes arrivent trop tard pour la réanimer, la vieille dame étant déjà décédée d'un arrêt cardiaque.

Ce qui est d'autant plus dommage dans ce fait divers est que le voisin vivant à quelques mètres de là disposait de son brevet de secouriste et aurait donc pu mettre en œuvre les premiers soins en attendant les urgentistes du SAMU. Résultat, le banquier a eu l'idée de connecter les personnes ayant besoin d'aide avec d'autres à même de leur apporter un soutien.

Un programme pour smartphone

Très vite, Bernard Mourad, banquier dont les clients comptent quelques spécialistes des nouvelles technologies, opte pour une application mobile. Alors que les réseaux sociaux comme Facebook ou LinkedIn, qui permettent de rester en contact avec des amis vivant à distance et de tout savoir sur leur vie personnelle, aucun service ne propose selon lui d'appeler à l'aide. Or, médecins et secouristes seraient disposés à apporter la leur si seulement ils étaient prévenus au plus vite.

D'où la naissance de l'application MySOS, lancé au départ sur iOS et par la suite sur Android. Le principe du programme est simple : l'utilisateur n'a qu'à choisir d'être "ange gardien" s'il est en mesure d'aider, ou d'être une personne nécessitant une aide. Mais il est également possible de sélectionner les deux options.

Une géolocalisation en continu

Par la suite, l'utilisateur ayant besoin d'aide doit répondre à un certain nombre de questions à propos de son état de santé, en fournissant notamment son groupe sanguin ou encore sa qualité, si tel est le cas, de donneur d'organes. Pour sa part, l'ange gardien est invité à détailler ses compétences.

En pratique, une fois les informations paramétrées, l'utilisateur ayant un problème ou se trouvant en danger n'a qu'à presser un bouton pour que l'application envoie un signal aux "anges gardiens" à même de lui venir en aide. Évidemment, pour que tout fonctionne correctement, il est crucial d'être géolocalisé en continu.

À noter parmi les autres spécificités que l'application permettra d'entrer des informations à propos de son état de santé, son groupe sanguin, ses antécédents médicaux, sans oublier les coordonnés du médecin traitant, qui s'afficheront en fond d'écran sur le smartphone. Ce qui devrait ainsi permettre aux pompiers et autres médecins de faire preuve de davantage de réactivité.

75 000 utilisateurs

Le programme, qui regroupe actuellement 75 000 utilisateurs, a immédiatement profité du soutien de la fédération française de cardiologie et de la Croix rouge. Reste qu'afin de s'étendre et passer à l'international, MySOS va nécessiter un financement à plus large échelle. Pour cette raison, Bernard Mourad espère finaliser des partenariats avec des assurances, voire à l'avenir avec des opérateurs mobiles, ce afin de préinstaller le programme sur l'ensemble des smartphones.

À tel point que MySOS pourrait petit à petit devenir un véritable service d'aide international permettant à tout un chacun de demander de l'aide en cas de détresse.

Télécharger MySOS pour iOS (gratuit)

Télécharger MySOS pour Android (gratuit)

Sources : radins.com, huffpost, lemonde