Argent : le taux d'intérêt du livret A va baisser à 1,25 %

Article mis à jour le 

Alors que le taux du livret A va encore baisser dans quelques jours, il est légitime de se demander si le placement préféré des Français mérite de conserver sa réputation. Tandis que les hausses de prix s'accumulent, on peut aussi s'interroger sur les raisons qui ont poussé le gouvernement à prendre une telle décision, car son taux est historiquement bas.

Les évolutions du livret A sont décidées par le gouverneur de la Banque de France, selon des modalités de calcul bien précises. Or, si celui-ci respecte ces méthodes, le nouveau taux s'impose, tandis qu'en cas contraire – comme c'était le cas début juillet – c'est au ministre de l'économie de trancher.

Pourquoi le taux du livret A change-t-il ?

Le taux du livret A est revu deux fois par an par le gouvernement et les dirigeants de la Banque de France. Il est calculé en fonction de l'inflation afin que ses intérêts soient toujours avantageux.

Pour calculer son taux d'intérêt, deux méthodes coexistent : l'une est calculée à partir de l'inflation, à laquelle on ajoute un quart de point (2 % d'inflation donneront 2,25 % d'intérêt) et l'autre une moyenne du taux de l'inflation avec le taux d'intérêt des échanges entre banques.

La solution la plus avantageuse pour les clients sera la méthode retenue.

Pourquoi le taux évolue-t-il à la baisse ?

Les échanges entre banques sont historiquement bas, tout comme l'inflation, en baisse continue. Il était donc normal que le taux du livret A évolue à la baisse, puisqu'il suit la conjoncture. En 2009 déjà, le taux du livret A avait atteint un seuil de 1,25 %, niveau le plus bas jamais atteint.

Pour rappel, entre 1974 et 1985, le taux d'intérêt du livret oscillait entre 6% et 8,5%, et en 2008, il était à 4%. C'est pourquoi le Ministre de l'Économie et le gouverneur de la Banque de France ont dérogé aux deux méthodes de calcul. En février dernier, ils s'étaient déjà affranchis des règles en fixant le taux du livret A à 1,75 % plutôt que 1,50 %. Cette fois-ci, selon ces deux méthodes, le taux du livret A aurait dû tomber à 1 %.

Passer la barre symbolique du 1 % est psychologiquement impensable en ces périodes de crise économique. De plus, cela aurait été un nouveau record du taux le plus bas jamais atteint depuis 1818, qui aurait remis en question l'existence même du livret.

Le livret A est-il toujours intéressant ?

Oui et non, cela dépend de l'utilisation que vous en ferez. Si vous cherchez la richesse, ce n'est pas avec 1 % d'intérêt que vous l'obtiendrez, c'est certain. En revanche, pour conserver un capital qui fructifie, que l'on peut saisir à tout moment, le livret A reste imbattable.

D'autant que les sommes qui y sont déposées sont défiscalisées : vous pouvez désormais y mettre 22 950 euros (le plafond a été relevé deux fois) exonérés d'impôts et de charges sociales. Le seul point noir finalement est son faible taux d'intérêt, toutefois contrebalancé par ses avantages.

Sources : France Inflation ; Le Point