Assurance maladie : la carte vitale à vie effective dès 2016 ?

Article mis à jour le 

Du nouveau pour la carte vitale en 2016
Du nouveau pour la carte vitale en 2016

Les députés viennent de voter la mise en place d’une "protection universelle maladie", dans le cadre du projet de loin de financement de la sécurité sociale (PLFSS) de 2016. Celle-ci a été pensée pour faciliter la vie des assurés sociaux, notamment dans le cadre des démarches nécessaires en cas de changement de situation professionnelle, familiale ou résidentielle.

Marisol Touraine, la ministre de la Santé, s’est félicitée de cette réforme, la jugeant indispensable pour les millions de Français dont la vie professionnelle et personnelle est amenée à changer. Concrètement, le PLFSS 2016 dont l’objectif est d’améliorer l’accès aux soins va permettre la création d’une "carte vitale à vie". Cette dernière est la garantie d’une "protection maladie universelle". Un dispositif qui ne contraindrait plus les assurés à remplir de nombreux papiers lors d’un changement de statut. Pour bénéficier de ce nouveau système de couverture sociale, il faudra habiter sur le territoire français depuis au moins six mois.

D’autre part, le programme devrait avantager les femmes et les hommes mariés sans emploi affiliés à la Sécurité sociale de leur conjoint(e). Car dans le cas de figure d’un divorce, ces deniers pourront conserver leurs droits à titre personnel sans avoir à remplir le formulaire permettant d’obtenir la couverture maladie universelle (CMU).

 

Un objectif d’économie

Reste qu’à l’heure où le déficit de la Sécurité sociale est toujours à 13 milliards d’euros en 2015, la régulation des dépenses est une priorité du PLFSS 2016. Fin septembre, Marisol Touraine tablait ainsi sur un objectif de progression limité à 1,75 % et non pas 2 % comme en 2015. Pour ce faire, les principaux leviers sont notamment la baisse des examens pré-anesthésiques et du recours aux transports sanitaires. Tandis que la chirurgie ambulatoire et les médicaments génériques restent encore à développer.

 

Sources : lefigaro, lemonde, pourquoidocteur