L'assurance-vie est-elle redevenue un placement intéressant ?

Article mis à jour le 

Le "placement préféré des français", qui totalise 1,405 milliards d'euros d'épargne, voit son taux de rémunération baisser continuellement depuis 2002, tendance renforcée depuis 2011 et la crise de la dette qui a vu les obligations souveraines dégradées et les taux d'intérêt divisés. Au gré de cette baisse tendancielle de la rémunération de l'assurance-vie se sont creusés des écarts importants, entre les différentes compagnies (assureurs, banques, mutuelles) mais aussi entre les différents contrats proposés au sein d'une même entreprise. Résultat : la défiance s'installe.

Une collecte de nouveau positive, c'est une bonne nouvelle pour les sociétés financières, même si elle résulte plus de la nouvelle fiscalité que d'une attractivité restaurée des contrats d'assurance-vie. En effet, les chiffres publiés par les assureurs montrent un rétablissement de la collecte pour l'assurance-vie, en janvier et février (+ 7 % de fonds placés), après une année 2012 marquée par un mouvement négatif (décollecte). La raison est à chercher du côté du gouvernement et de la loi de finances plutôt que des assureurs et des contrats d'assurance-vie : à partir du premier janvier 2013, le prélèvement libératoire forfaitaire disparaît et les plus-values et dividendes sont soumis au barème de l'impôt sur le revenu. Les contribuables ont donc orienté leur épargne vers le placement qui bénéficie du régime fiscal le plus doux : l'assurance-vie.

Les sociétés d'assurance ne sont pas toutes affectées au même titre

Ceux qui ont vraiment profité de la manne constituée par ces contribuables effarouchés sont ceux-là même qui étaient sollicités pour les conseiller en matière de placements défiscalisés : les banques. Et plus particulièrement, celles qui ont le double statut de banque et d'assureur, les "bancassureurs". Eux qui avaient dû faire face, sur l'ensemble de 2012, à une baisse de la collecte brute de 7 %, ont vu celle-ci augmenter de 24 % en janvier (par rapport au mois de janvier 2012) et encore de 8 % en février, suite au vote de la loi de finances. Soit une hausse de 17 % sur les deux mois, à comparer aux + 7 % de l'ensemble du marché. Et à la baisse des taux, dont la fourchette se situe entre - 0,05 % (Compte épargne Maaf) et - 0,35 % (ACMN Vie fonds Internet Opportunités).

A l'inverse, les assureurs ont continué d'accuser une baisse de leur collecte (- 15 % sur les deux mois), ils n'ont donc pas bénéficié de ce flux d'épargne exceptionnel. Les professionnels tirent de ce chiffre le constat que l'assurance-vie n'est pas tirée d'affaire : les rendements servis par les contrats en euros risquent d'être orientés durablement à la baisse, compte tenu de la faiblesse des taux d'intérêt, persistante. Alors que deux parlementaires français, Dominique Lefebvre et Karine Berger, se penchent sur le cadre juridique de l'assurance-vie, et pourraient préconiser une plus grande participation de celles-ci à l'économie (notamment en les contraignant à financer les PME), les professionnels du secteur tentent de prévenir le gouvernement du risque de plomber ce véhicule d'épargne "préféré des français".

Des placements alternatifs à l'assurance-vie

Dans ce contexte, on peut s'intéresser aux contrats de capitalisation proposés par certaines sociétés financières aux plus gros patrimoines : ceux-ci permettent de défiscaliser une partie importante du capital placé, pendant et après une certaine période (par exemple, pour les contrats de capitalisation proposés par l'assureur Generali, les bénéfices sont logés dans une enveloppe appelée provision pour participation aux bénéfices, et ne sont versés au bénéficiaire qu'au bout de 8 ans). Si vous n'êtes pas satisfaits du rendement de votre assurance-vie, ou que vous cherchez un cadre dans lequel placer des fonds avec le meilleur rendement pour vos capacités d'épargne, renseignez-vous auprès de ces sociétés financières (Institut de prévoyance, assureur, mutuelle) sur les conditions de souscription de ces contrats de capitalisation alternatifs.

Sources : La Tribune, Europe 1