Vers une augmentation de 3 à 4 % des produits laitiers cette année

Article mis à jour le 

Les négociations annuelles sur le prix du lait se sont achevées en fin de semaine dernière. Résultat, la distribution devrait opter pour une fourchette entre 360 et 380 euros la tonne de lait.

Comme l'a indiqué la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) au Figaro, les prix de vente des industriels à la grande distribution de certains produits laitiers devraient augmenter de 3 à 4 % cette année, contre 1 % en 2013. Pour les producteurs, d'après les informations recueillies par le quotidien, le prix du lait pourrait atteindre 380 euros la tonne.

Pour l'heure, Intermarché aurait opté pour un prix d'achat moyen de 365 euros, autrement dit une augmentation de 6 % en comparaison à 2013, d'après Les Échos. Mais comme le met en évidence le président de la FNPL, Thierry Roquefeuil, les négociations devront être ré-ouvertes  en fin d'année quand le lait aura de nouveau augmenté. D'ailleurs, les groupes privés, de leur côté, ont demandé des tarifs s'appuyant sur des prix de 400 à 420 euros pour éviter une nouvelle négociation.

Pour les distributeurs, une marge de 500 millions d'euros en jeu

Pour rappel, au cours de la table ronde d'avril 2013, qui avait réuni les éleveurs laitiers, les industriels et la grande distribution à Paris, les principaux groupes de la grande distribution s'étaient entendu sur une hausse des prix d'achat du lait aux producteurs de 2 à 3 centimes le litre. Une hausse que les enseignes avaient préféré ne pas répercuter sur les consommateurs, d'où un manque à gagné de 300 millions d'euros.

Or, en 2014, l'enjeu serait encore plus important et correspondrait à 500 millions d'euros. Dans le cas où l'augmentation des tarifs ne serait pas appliquée au 1er mars, date butoir prévue par la loi, ou si les enseignes reviennent sur leurs promesses, la FNPL a fait savoir, selon Les Échos, que les producteurs feraient appel à la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression de Fraudes (DGCCRF).

Sources : lefigaro, lesechos