Avec ce parfum, plus vous transpirez, plus vous sentez bon !

Article mis à jour le 

Une étude vient de mettre au jour un composé révolutionnaire - iStockPhoto
Une étude vient de mettre au jour un composé révolutionnaire - iStockPhoto

Des scientifiques de l’Université de Belfast soutiennent, étude à l’appui, avoir mis au point un liquide dégageant davantage d’arôme lorsque l’on transpire fortement.

Et si le fait de transpirer en abondance permettait de sentir meilleur ? Aussi étrange puisse-t-il paraître, ce phénomène a récemment été mis en œuvre par une équipe de chercheurs britanniques de Belfast. En substance, les scientifiques ont créé un "parfum miracle" dont la particularité est de sentir meilleur lorsque l’on transpire abondamment. Concrètement, plus le parfum est exposé à l’humidité, plus il libère son arôme.

À cet effet, les éléments du parfum ont été combinés à du liquide ionique indolore. En découle ce qu’ils nomment un "liquide ionique parfumé". Si le nom reste encore loin d’être accrocheur, son efficacité ne serait plus à démontrer.


Un dispositif à gros potentiel commercial ?

Le parfum développé par les chercheurs de Belfast aurait d’autre part un autre pouvoir : celui de bloquer les mauvaises odeurs de la transpiration. Ainsi, le mélange sueur-parfum ne serait pas à craindre sur le plan olfactif.

Comment ça marche ? En pratique, le composé organique à l’origine des mauvaises odeurs est attiré par le liquide ionique. Ce qui lui fait dès lors perdre sa nocivité olfactive. Une particularité qui, selon les dires des scientifiques, fourniraient une avancée hors du commun en matière de cosmétiques et de parfums. Ainsi, ce nouveau système pourrait selon eux révolutionner la fabrication des parfums et offrir un réel potentiel commercial. D’autant que d’autres domaines scientifiques pourraient se voir appliquer ce dispositif de libération graduelle.

Selon Phys.org, les chercheurs travailleraient déjà avec un acteur majeur de la parfumerie en vue d’une exploitation commerciale.


Sources : phys.org, sciencesetavenir