Bac : les correcteurs des oraux de français invités à gonfler les notes

Article mis à jour le 

Selon une information du Figaro¸ les professeurs chargés des épreuves d'oral de français au baccalauréat d'Orléans-Tours ont été invités "surnoter" les candidats, via un barème sur 24 points au lieu de 20.

Dans l'optique d'améliorer les résultats au baccalauréat de l'académie d'Orléans-Tours, les correcteurs des épreuves d'oral de français ont été invités à revoir leur barème pour favoriser les candidats, d'après une information du Figaro. Pour le syndicat Sud d'Indre-et-Loire, une "limite idéologique inacceptable" vient d'être franchie, qui souligne qu'il n'est désormais plus question de faire preuve de bienveillance mais bien de gonfler les notes pour augmenter le score de l'académie.

Pour rappel, les résultats du baccalauréat de l'académie d'Orléans-Tours, un point et demi en dessous de la moyenne nationale, ont été jugés décevants en 2012. Pour étayer ses dires, Le Figaro  s'est appuyé sur une "grille d'évaluation nationale" distribuée par l'inspection d'académie et transmise aux examinateurs. Cette dernière stipule que l'oral de français passé ce mercredi par les élèves de 1ère devra officieusement être noté sur 24 tout en conservant le barème officiel de 20 points.

Vivement critiqués l'an passé par l'inspection académique pour leur notation sévère, les enseignants ont ainsi été invités cette année à "penser positif". Questionné par Le Figaro à propos de cette "obsession du classement académique", un membre du ministère a botté en touche en expliquant "qu'il fallait bien gérer les flux". Entendre : à l'échelle d'une académie, un point d'échec supplémentaire au bac peut entrainer le redoublement de 2 000 élèves l'année suivante. Un coût non négligeable à l'heure où le gouvernement réduit drastiquement son budget.

Sources : etudiant.lefigaro,  ac-orleans-tours