Baccalauréat : comment sont rédigés les sujets ?

Article mis à jour le 

Le baccalauréat
Le baccalauréat

À un peu moins d’un mois du baccalauréat 2016, la pression est à son comble. Les convocations arrivent, les élèves tremblent. La principale inquiétude : quels vont être les sujets ? Ne vous inquiétez pas, ils sont savamment choisis et testés avant le jour J pour permettre aux élèves d’obtenir avec brio la fameuse couronne de laurier (bacca laurea en latin). 

Un petit retour sur cette épreuve

Merci qui ? Merci Napoléon Bonaparte. Le 17 mars 1808, dans le but de former des élites responsables du pays,  il restaure la « maîtrise ès arts » qu’il nomme « baccalauréat ». Ce ne sont alors que des épreuves orales qui attendent les candidats de plus de 16 ans. Ils devront donc réviser la rhétorique, l’histoire, la géographie, les auteurs grecs et latins et la philosophie... Un programme bien littéraire. Ce n’est qu’en 1890 qu’est reconnu le « baccalaureat ès sciences ». La première session a lieu en 1809 et compte une trentaine de bacheliers. Les épreuves écrites voient le jour en 1830 et il faudra attendre 1861 pour qu’une femme participe à l’épreuve.

En 1993, les séries du baccalauréat général (Es, S, et L) et technologique (STI, STL, SMS et STT) succèdent aux séries A (Philosophie-lettres), B (Économique et social), C (Mathématiques et sciences physiques), D (Mathématiques et sciences de la nature) et E (Mathématiques et technique) apparues en 1968.

30% des élèves seulement obtiennent leur baccalauréat en 1985. Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’Education nationale de l’époque, promet alors d’atteindre « 80%  de réussite » dans les années 2000. En réalité, sur l’intégralité d’une classe d’âge, les résultats stagnent à 64% d’obtention du fameux Graal depuis 1995.

Comment naissent les sujets du bac ?

Bien que l’épreuve de l’année en cours n’ait pas encore commencé, la réflexion sur les sujets de l’année prochaine est déjà en cours. C’est alors qu’un long processus de choix des sujets se met en place.

  1. Mois de mai/juin de l’année en cours : les académies chargées de la rédaction des sujets (varient tous les ans), sont désignées par le ministère de l’Éducation nationale. Elles se voient également attribuer des matières spécifiques.

 

  1. Entre le mois de mai/juin et décembre, les sujets sont conçus et testés. En effet, le recteur forme une commission d’élaboration et de choix des sujets composée d’une dizaine d’enseignants et dirigée par un inspecteur d’académie. Elle est chargée de réfléchir à la conception d’une dizaine de sujets différents prévus pour la métropole, mais également pour les départements d’outre-mer, les centres étrangers, les sessions de remplacement en septembre et même des sujets de secours… il faut penser à tout ! Impératif : le sujet ne doit pas avoir été traité auparavant. L’épreuve de philosophie, par exemple, n’a pas moins de 100 sujets différents par an. Des « professeurs cobayes » entrent ensuite en jeu. En effet, deux professeurs sont alors désignés pour traiter les sujets, dans un temps inférieur à celui donné aux candidats. Ils indiquent ensuite la faisabilité du sujet, son intérêt, et les erreurs éventuelles. Les sujets susceptibles de créer la polémique sont éliminés.

 

  1. En février/mars, le recteur est chargé de choisir définitivement les sujets de l’épreuve.

 

  1. En avril, une fois ces étapes respectées, via un circuit informatisé interne ultra sécurisé, les académies diffusent entre elles les sujets qu’elles ont traités.

 

  1. En mai, chaque rectorat possède les sujets de toutes les matières et de toutes les séries. Ils possèdent également, bien entendu, les sujets de secours. Une fois imprimés, les sujets sont stockés dans un local secret très protégé.

 

  1. Environ 5 jours avant l’épreuve, les copies sont acheminées vers les centres d’examens. Elles sont enveloppées dans du papier opaque et conservées dans des coffres forts que seul le proviseur et son adjoint peuvent ouvrir. Le peu de personnes ayant accès à ces sujets signent une déclaration sur l’honneur, promettant de ne jamais divulguer aucune information concernant l’examen.

 

  1. Le Jour J, l’enveloppe cachetée est ouverte sous les yeux des candidats, le calme s’installe et les stylos prennent vie.

Sachez qu’il existe des applications vous permettant de réviser votre épreuve. DigiSchool (iOS et Android) en fait partie, offrant des fiches de cours et des questions. MobiBac (iOS), elle, offre en plus des fiches de révision un lexique des concepts clés, des conseils de méthodologie, des tests, et des résumés de cours audio.

Bon courage aux concernés !

 

Sources : linternaute.com ; lefigaro.fr ; studyrama.com

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : scolarité