Bien-être : sachez déceler les fragilités mentales de vos proches

Article mis à jour le 

Du 18 au 24 mars s'ouvre la 24e semaine d'information sur la santé mentale. Ce grand projet couvre 250 villes de France et présente plus de 600 événements. Le thème de "ville et santé mentale" souhaite établir un rapport entre les deux dimensions de la vie citadine, qui concerne de plus en plus de Français : la dimension matérielle (habiter dans une ville, prendre les transports, etc.) et la dimension mentale à savoir le bien-être, le bon vivre, l'épanouissement.

Cette sensibilisation, crée par l'Association Française de Psychiatrie, est présentée en ces termes sur son site : " Les professionnels, les patients et leurs proches, ainsi que tous les partenaires de la santé mentale organisent des manifestations d’information et de réflexion"... Il n'est pas uniquement question des "maladies" telles que l'imaginaire trivial le concoit, mais de tous les troubles de l'état mental : dépression, isolement, sentiment d'impuissance, d'épuisement...

Un évènement qui s'adresse à tous

Ce grand rassemblement ouvert dure 7 jours (du 18 au 24 mars), prévoit 500 Manifestations sur l'ensemble du territoire, alliant jeux, films, conférences… qui sont tenues par 5000 professionnels et bénévoles pour informer sur tous les aspects que touche une maladie mentale : la dimension juridique, médicale, psychologique, les témoignages de familles, etc. Car la santé mentale, bien qu'au cœur de la vie, régissant toutes les relations sociales, n'est pourtant pas un sujet très populaire. Un peu mystérieux, un peu tabou, il est laissé aux professionnels.

Toutefois, les patients se multiplient chez les médecins, et de plus en plus ne plus de franciliens se plaignent d'une pression grandissante, premier facteur de stress. Or, une bonne constitution psychique commence par l'épanouissement de soi, et pour cela, il faut en connaitre les clefs.

Comment conserver une bonne santé mentale

La SISM rappelle sur son site la définition de l'OMS : « La santé mentale englobe la promotion du bien-être, la prévention des troubles mentaux, le traitement et la réadaptation des personnes atteintes de ces troubles », autrement dit comment mieux organiser le quotidien de chacun sans occulter le risque qu'un trouble mental peut frapper n'importe qui, n'importe quand.

Trois étapes : d'abord, dépenser son énergie à éviter les situations propices à une fragilisation de soi, par des espaces de vie commune, d'échange, de loisirs et rompre ainsi l'isolement, facteur de nombreuses pathologies. Ensuite, l'apprentissage des causes et des symptômes des troubles mentaux les plus répandus, afin de mieux les éviter, mais surtout de savoir les déceler et briser ainsi la terreur de l'inconnu et de l'hésitation. Enfin, bien avoir en tête les divers organismes et structures qui proposent des traitements, rééducation et aides en tous genres.

La santé mentale en France

Les conférences porteront sur les moyens d'intégration  des personnes touchées par une maladie mentale, au niveau de la ville (infrastructures, signalétique etc.) comme de la vie sociale, professionnelle et même politique, avec enfin cette question de leur place dans la cité (ville dans sa dimension citoyenne). Souvent fustigé, le malade mental nécessite davantage d'accompagnement pour se voir rétablir une vie plus facile. Aussi, de  nombreux moyens sont à déployer pour améliorer une certaine forme de solidarité, concernant le logement, l'éducation, l'accès aux soins ou à l'emploi.

Car l'erreur serait de croire que cette semaine s'adresserait uniquement aux proches de personnes gravement malades (schizophrénie, paranoïa ou autres délires). De plus en plus de Français sont touchés au cours de leur vie par une fragilité mentale, souvent inconnue d'eux, et donc non repérée, qui se développe alors de plus en plus. En reconnaissant les signes, vous pourrez aider un proche, un membre de votre famille, voire vous-même, avant qu'il ne soit trop tard.

Trop tard

Source : Site de la SISM