Bientôt des médicaments à base de cannabis dans nos rayons ?

Article mis à jour le 

Après de nombreux débats, les médicaments thérapeutiques à base de cannabis seront bientôt disponibles dans nos pharmacies. Interdits à la vente jusqu’alors, le Journal Officiel a publié ce vendredi un décret autorisant leur vente. En réponse, l’ANSM (Agence national de sécurité du médicament) a annoncé qu’elle envisageait déjà de commercialiser les médicaments. Alors qu’aucune date fixe n’est annoncée quant aux premiers traitements commercialisés, faisons le point sur ce qu’opèrent ces changements dans nos pharmacies.

Connu pour diminuer la sensation de douleur, le cannabis est désormais autorisé à être commercialisé en pharmacie. Les médicaments composés de dérivés cannabitiques sont déjà autorisés dans d’autres pays comme l'Allemagne (2010) ou le Canada (depuis 2005).

Qui sera concerné ?

Si la France a mis du temps à l’approuver, c’est parce que ses détracteurs voient en cette autorisation une porte d’entrée vers la dépénalisation du cannabis. Et pourtant, non, on ne se retrouvera pas à fumer du cannabis légalement. Au-delà de la question de société, ce sont surtout les avantages médicaux de la substance qui l’emportent. En effet, le cannabis est reconnu pour son efficacité pour traiter la douleur, notamment pour les cas de sclérose en plaques.

Une procédure bien spécifique va être mise en termes d'utilisation : les produits thérapeutiques à base de cannabis seront délivrés sur ordonnance à condition toutefois qu'aucun autre traitement n’ait pu par ailleurs atténuer la douleur du patient.

Sous quelles formes verrons-nous ces médicaments ?

En spray, en gélule ou encore sous forme naturelles, ne soyez pas surpris de voir différents types de traitements.

Pour l’heure, c’est surtout le Sativex qui a de fortes chances d’être l’un des premiers produits commercialisés en France. Actuellement, son fabricant, le laboratoire Bayer, a déposé près d’une cinquantaine de fois son dossier auprès de l’ANSM depuis mars. Déjà utilisé au Canada ou en Allemagne, ce traitement prend la forme d’un spray à vaporiser dans la bouche du patient. Il est souvent prescrit dans le cas des scléroses en plaques.

Et ne vous étonnez pas à l’avenir de voir des médicaments vendus sous forme naturelle (feuille ou fleurs séchées). Au Pays Bas, la société Bedrocan BV cultive des fleurs de cannabis de façon légale et les utilise pour la fabrication de Bedrocan, de Bedica, de Bediol ou de Bedrobinol. Dans ce cas, il est recommandé de les boire en infusion ou des les inhaler et non pas de les fumer.

Sous forme de gélules, le Marinol est déjà autorisé dans différents pays européens (Allemagne, Espagne, Italie…). Ce traitement est souvent prescrit aux patients séropositifs souffrant de pertes d’appétit.

À quand le premier médicament à base de cannabis sur le marché ?

Il faudra cependant attendre un petit moment avant de voir nos rayons se remplir de ces traitements. Tout dépend en partie du temps d’étude du dossier de l’ANSM. Reste que si l’on en croit les propos du directeur de l’Institut national du Cancer Fabien Calvo, en général, si le dossier est complet et irréprochable, il peut prendre entre trois et quatre mois. À ce délai s'ajoute néanmoins, d'autre part, des précisions que les laboratoires doivent fournir à l’ANSM ultérieurement. Enfin, il est aussi question de la façon dont le traitement sera remboursé : résultat, il faudra donc se montrer patient avant de pouvoir se guérir à l’aide de la fameuse plante verte.

Sources : TF1 et le NouvelObs