Bientôt plus de plastique que de poissons dans les océans ?

Article mis à jour le 

À l'horizon 2050, certaines associations estiment que les plastiques occuperont davantage de place dans les océans que les poissons
À l'horizon 2050, certaines associations estiment que les plastiques occuperont davantage de place dans les océans que les poissons

Les déchets plastiques constituent l’un des grands fléaux environnementaux du 21e siècle. Les mesures prises par les gouvernements et diverses associations n’ont toutefois pas permis de contrecarrer l’évolution du phénomène. À tel point que leur volume pourrait dépasser prochainement celui des poissons dans les océans.

Une étude menée par des entreprises comme Dow Chemicals, Unilever ou Ikea s’est penchée sur l’augmentation du volume de déchets plastiques dans les océans. Elle se base notamment sur des analyses effectuées par des scientifiques et spécialistes de l’"économie du plastique".

 

50 ans d’histoire

L’étude retrace l’évolution de la production de plastique depuis 1964. Cette année-là, le premier pic est atteint avec un volume estimé à 15 millions de tonnes. Problème : en 50 ans, ce chiffre s’est vu multiplier par 20. Tant et si bien que les produits plastiques ont été évalués à plus de 300 millions de tonnes en 2014.

 

Le "septième continent"

Résultat, les océans paient le prix fort du laxisme général concernant les détritus en plastique. L’étude affirme effectivement que cette zone accueille une grande partie des 32 % de déchets plastiques jetés dans la nature. Cette part est actuellement estimée à 150 millions de tonnes par les chercheurs, un volume suffisant pour former ce qu’ils nomment désormais le "septième continent".

La naissance de ce "nouveau continent" s’explique par un mécanisme bien rôdé. Dans un premier temps, tout système de collecte se trouve en effet submergé par le volume titanesque de détritus en plastique. Par la suite, les courants font leur part du travail, en rassemblant ces derniers à certains endroits des océans.

 

Des prévisions pour le moins alarmantes

Si l’on en croit les observateurs, la superficie du "septième continent" est en passe de s’étendre à une vitesse déconcertante. Ces experts estiment en effet qu’en 2025, une tonne de plastique correspondra à trois tonnes de poisson. De leur côté, la fondation Ellen McArthur et une étude du Forum économique mondial sont unanimes pour affirmer qu’en 2050, les océans compteront plus de déchets plastiques que de poissons.

 

Sources : liberation, lexpress