Le bonheur est réellement dans le pré

Article mis à jour le 

Boulot, métro, dodo, vivre dans le stress quotidien de la ville n’est pas une source de bonheur sur le long terme. C’est indéniable : la joie que nous procure une balade dans un parc fait grimper notre bien-être mental et physique. Mais saviez vous que ce confort pouvait être comparable à des événements bénéfiques de la vie quotidienne?

C’est la revue Psychological Science qui a publié cette étude. Des chercheurs britanniques voulaient savoir si nous étions plus heureux si nous vivions près d’un espace vert. Pendant une vingtaine d’années, ils ont étudié l’évolution du bien-être de 10 000 ménages.

Bien évidemment, sans être des chercheurs spécialisés, on devine que vivre non loin de la verdure est un facteur qui accroît notre bien-être au quotidien. Loin du stress de la ville, du bruit des voitures, quoi de mieux que de se ressourcer près d’un parc ?

Les chercheurs ont donc constaté que les individus vivants près d’une zone verte allaient mieux dans leur vie de façon mentale et physique.

Les espaces verts plus forts que le mariage ?

Cependant cette étude va plus loin, puisqu’elle observe que la joie procurée par la proximité d’un espace vert est similaire à des situations de la vie quotidienne. Ainsi la joie engendrée par l’habitat  à proximitéd’un espace vert équivaut à un tiers du bonheur que procure son propre mariage ou encore à 1/10ème d’une embauche.

La nature n’arrête pas de nous surprendre, puisqu’elle nous permettrait de continuer à nous sentir bien même en cas de changement de statut social, de revenu, de santé ou encore de logement. De quoi donner envie de s’isoler à la campagne.

Alors même si le pourcentage de bien-être évalué est plutôt faible concernant une seule personne, les chercheurs déclarent que le bonheur procuré par la nature a une très grande importance sur le long terme concernant un groupe de personnes.

Malgré le fait que la densité urbaine s’agrandit de jour en jour devant nos fenêtres, cette étude peut s’avérer fructueuse pour l’investissement des mairies consacré aux espaces verts. Elle sera également utile pour les psychologues, afin d’étudier les comportements et les humeurs des hommes avec la nature.

Sources : HuffingtonPost ; Metrofrance