Votre brosse à dents est plus sale que vous le pensez

Article mis à jour le 

Une étude de l’Université de Manchester indique que les brosses à dents contiendraient en moyenne 10 millions de bactéries.

Si vous n’entretenez pas bien votre brosse à dents, il y a alors de fortes chances pour qu’elle soit un véritable nid à microbes. C’est en tout cas la conclusion à laquelle sont arrivés des chercheurs de l’Université de Manchester après avoir étudié la question. Voici les facteurs qui font de votre brosse à dents un aimant à bactéries.

Les éclaboussures venues du lavabo et des toilettes

Si votre brosse à dents trône à côté du lavabo, il est fort possible qu’elle se retrouve touchée par les éclaboussures causées par vos lavages de mains – qui contiennent les microbes (e.coli, staphylocoque, etc.) qui se trouvaient jusqu’alors sur vos mains.

Plus inquiétant encore, les microbes projetés par les éclaboussures causées lorsque la chasse d’eau est tirée ont tendance à rester en suspension dans l’air assez longtemps pour ensuite se déposer un peu partout dans la pièce. Lorsque les toilettes sont inclues dans la salle de bain, c’est donc un peu comme si vous laissiez tomber votre brosse à dents sur le plancher, voire pire. Pour éviter de cribler votre brosse à dents de bactéries, pensez donc à fermer le couvercle de vos toilettes.

De la moisissure causée par les étuis en plastique

Si vous pensez que les étuis en plastique protègent vos brosses à dents des bactéries, détrompez-vous. Lorsque votre brosse à dents est dans un étui, elle ne peut pas sécher entre les utilisations et favorise ainsi la croissance de moisissures. De plus, pensez à éviter de mettre votre brosse à dents dans le même contenant que d’autres brosses, afin d’éviter qu’elles se contaminent entre elles. Enfin, dans la même optique, mieux vaudrait ne pas utiliser le même tube de dentifrice que les personnes avec qui vous vivez.

Si vous souhaitez éviter que votre brosse à dents soit trop contaminée par les bactéries, pensez à en changer régulièrement et à ne pas la partager.

Sources : Huffington Post, Université de Manchester, Pratique.fr