Au bureau, le fait d'être beau peut aussi avoir des inconvénients

Article mis à jour le 

Au travail, être beau ne fait pas toujours le beau temps - iStockPhoto
Au travail, être beau ne fait pas toujours le beau temps - iStockPhoto

Être présentable, bien habillé… en clair, “avoir la tête de l’emploi” est un critère de choix pour qu’un salarié soit engagé. Dans l'inconscient collectif, ce phénomène est particulièrement prégnant dans le monde du travail. Pourtant, une étude menée à l’Université du Maryland remet tout en question !

Si la beauté accorde souvent certains avantages sociaux, ce n’est pas toujours le cas dans le monde du travail. Marko Pitesa, professeur à l’Université du Maryland, a mis en lumière quelques inconvénients liés au fait d’avoir une “belle gueule” au boulot.

Beauté et emploi, un cocktail pas si avantageux

Si la beauté féminine est parfois un handicap dans le milieu professionnel, les hommes n’en mènent pas non plus très large. En effet, si certaines sont victimes du stéréotype de la belle blonde plantureuse et écervelée, ces messieurs au physique de mannequin doivent aussi faire face à certains clichés. Selon Marko Pitesa, un bel homme aura certes plus de chances de se faire embaucher que d’autres candidats. Mais ce n’est qu’une fois dans son milieu professionnel que les ennuis commenceront.

Perçu comme une menace par ses collègues moins “gâtés par la nature”, il se verra alors immanquablement frappé d’ostracisme. La raison ? Dans le milieu commercial, par exemple, un vendeur plus avenant aura plus de chances d’attirer la clientèle qu’un autre. Or, selon certains employeurs, cette tendance serait bel et bien à l’origine d’un déséquilibre au sein des employés. Ce qui serait source de jalousie.

Un collègue perçu comme égoïste

Il n’est pas improbable que l’histoire de Narcisse, ce jeune homme d’une grande beauté qui tomba amoureux de son propre reflet et à qui l’on doit le mot “narcissique”, aura favorisé certains préjugés. Car selon l’étude de Marko Pitesa, les hommes beaux sont considérés par leurs collègues de travail comme des êtres égoïstes ne devant leur réussite qu’à leur physique. Une sentence bien difficile à supporter au quotidien.


Source : Slate

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : vie du salarié