Burger King en passe d'ouvrir 25 nouveaux restaurants en France

Article mis à jour le 

Le groupe américain souhaiterait prochainement atteindre 20 % de part de marché du burger en France.

Il y a quelques mois, Burger King, le numéro deux mondial de la restauration rapide, a noué une joint-venture avec le groupe français Bertrand. Ce qui laissait alors présager l'installation du groupe américain sur le territoire français. Sans surprise, Burger King a donc annoncé mercredi l'ouverture de 25 nouveaux restaurants en France en 2014, sans compter une quinzaine d'autres déjà dans les cartons.

En avance sur le plan annoncé lors de la signature du partenariat, la firme bénéficierait, selon le groupe Bertrand, d'un vrai engouement du marché grâce à une demande importante des bailleurs, des franchises et des consommateurs. Il faut dire que l'effervescence notamment entraînée par l'ouverture du nouveau premier Burger King à Paris – rappelons que l'entreprise avait fermé ses portes en France dans le courant des années 1990 – n'est pas retombée depuis l'inauguration.

Le projet de la "masterfranchise" est pour le moins ambitieux : un total de 20 % de part de marché du burger est ainsi envisagé. D'ailleurs, Burger King avait récemment indiqué vouloir ouvrir 350 à 400 restaurants en France dans les 10 années à venir. Courant 2014, les 25 restaurants en passe d'ouvrir leurs portes seront surtout situés en périphérie des grandes villes. Prochainement, 1 200 emplois devraient de cette façon être créés.

Bientôt un restaurant de 1 000 m² à Paris

Du côté de Marseille, un second restaurant Burger King va ouvrir à la mi-avril au niveau du centre commercial Grand Littoral. Il s'agira du premier au monde à disposer de bornes de commandes. Et d'ici l'été, un "vaisseau amiral" (flagship store) de 1 000 m², selon les mots d'Olivier Bertrand, va ouvrir à Paris rive gauche. Par ailleurs, un premier "drive" sera lancé en mai en France.

En parallèle, le groupe va mettre en place une stratégie de franchise basée sur des partenaires entrepreneurs exclusifs dont l'apport personnel devra être de 300 000 euros minimum. Comme l'a indiqué Olivier Bertrand, l'objectif sera alors de créer une relation sur le long terme avec les franchisés.

Sources : snacking.fr, lesechos