Cancer et sexe oral : les hommes plus vulnérables que les femmes

Article mis à jour le 

Le sexe oral, surtout chez les hommes multipliant les partenaires, expose à un risque de cancer de la bouge et de la gorge
Le sexe oral, surtout chez les hommes multipliant les partenaires, expose à un risque de cancer de la bouge et de la gorge

Lors de la conférence annuelle de l’American Association for the Advancement of Science (AAAS) le 12 février, le professeur Gypsyamber D’Souza a déclaré que le sexe oral augmente les risques de cancer de la bouche et de la gorge, et ce, plus particulièrement chez les hommes.

Une étude rendue publique par l’Université américaine de John Hopkins risque de jeter un froid sur les pratiques sexuelles de certains couples. Selon les résultats de cette dernière, le sexe oral (fellation ou cunnilingus) augmenterait le risque, pour les hommes mais aussi dans une moindre mesure pour les femmes, de contracter le virus HPV16, à l’origine des cancers de la bouche et de la gorge.

Une question de système immunitaire

D’après le professeur Gypsyamber D’Souza, directrice des recherches, les hommes de type caucasien et d’âge moyen sont les plus affectés par le HPV16 ou papillomavirus humain. Cette infection se transmet lors des rapports bucco-génitaux et les femmes ont deux fois moins de risque de la contracter, et donc de souffrir d’un cancer de la bouche ou de la gorge.

Selon cette étude, les personnes de sexe masculin ont en effet 22% de chances de plus d’être infectées par le HPV16 et ainsi de contracter un cancer. Il semble que les femmes développent un système immunitaire plus performant contre le papillomavirus tandis que celui de l’homme met deux fois plus de temps pour l’éliminer.

Faites attention

Plus de fellation ou de cunnilingus pour les hommes ? Pas vraiment. Toujours d’après le professeur Gypsyamber D’Souza, si le sexe oral est une porte ouverte au cancer de la bouche et de la gorge, ce dernier peut être évité. L’étude a révélé que le risque de cancer est plus élevé chez les personnes privilégiant ce type de pratique sexuelle avec plusieurs partenaires. Il est donc, comme souvent en matière de sexualité, important de prendre ses précautions.

 

Sources : ouest-France, sciencesetavenir