Carte bancaire : ces services et magasins susceptibles de la refuser

Article mis à jour le 

La carte bancaire peut vite devenir un casse-tête pour certains commerçants et professionnels
La carte bancaire peut vite devenir un casse-tête pour certains commerçants et professionnels

Si la carte bancaire est le moyen préféré des Français pour régler leurs achats, certains commerces ont encore du mal avec ce système de paiement. Certains secteurs continuent à refuser de s’équiper, et quelques consommateurs préfèrent également les règlements en espèces.

En France, les paiements en espèces perdent du terrain face aux cartes bancaires. Actuellement, seule la moitié des consommateurs recourt encore aux pièces et aux billets, et ce nombre pourrait encore diminuer de 20% d’ici 5 ans, comme l’a fait remarquer la Fédération des Banques de France. Cependant, si les cartes de crédit ont le vent en poupe, certains secteurs refusent quand même de les accepter. Pourquoi ?

La carte bancaire ne plaît pas à tout le monde

D’après l’institut CSA, la carte bancaire est le moyen de paiement le plus utilisé en 2015. Toutefois, si plus des deux tiers des clients recourent à ce petit bout de plastique, plusieurs commerces et professionnels ne sont pas emballés par cette solution de règlement rapide. Parmi les secteurs refusant la carte bancaire, on retrouve principalement les services de santé tels que les médecins, les infirmiers, les sages-femmes, les auxiliaires médicaux ou encore l’accueil des jeunes enfants. Les boulangeries et les artistes de spectacle vivant refusent également cette pratique.

Que de complications !

Pourquoi donc certains secteurs n’acceptent-ils pas la carte bancaire ? Eh bien, c’est une question de logistique. Si ce bout de plastique facilite grandement la vie des consommateurs, il complique celle des professionnels. Tout d’abord, pour pouvoir accepter les cartes de crédit, il faut disposer d’un terminal de paiement à louer et à entretenir, connecté à une ligne téléphonique. Lors d’un règlement par carte de moins d’un euro, le coût de la communication téléphonique pour régler l’achat est supérieur au prix du produit lui-même. De plus, les transactions entre les banques de l’acheteur et du vendeur occasionnent également des frais plus ou moins importants.

Outre les complications liées à l’utilisation d’un terminal, il y a aussi l’aspect pratique. Si vous recourez aux services d’un infirmier ou d’un auxiliaire de santé qui se rend à votre domicile, le règlement par carte se complique. Certes, il est possible pour eux d’employer un terminal mobile, mais un problème de connexion pourrait faire échouer toutes les transactions. Ce problème est également de mise chez les artisans.

 

Sources : lefigaro, lemonde

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : argent