Notre cerveau prend les smileys pour des vrais visages

Article mis à jour le 

Une étude australienne a révélé que, loin de considérer des smileys comme du texte ou l’image d’un objet, le cerveau les envisage comme des images de vrais visages.

Les nouvelles technologies ont modifié la façon dont fonctionne le cerveau humain. En témoignent les résultats d’une étude menée par l’Université Flinders d’Adélaïde, en Australie. En observant les réactions du cerveau face aux émoticônes, les chercheurs ont découvert que ces dernières étaient considérées… comme de vrais visages. En d’autres termes, non seulement le cerveau pense qu’une émoticône comme ":’)" veut dire visage souriant, mais il pense aussi qu’il s’agit d’un vrai visage souriant.

Une reconnaissance différenciée

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont demandé à vingt volontaires de regarder des vrais visages, à l’envers et à l’endroit, ainsi que divers smileys. De cette façon, ils ont pu analyser la réaction de l’onde cérébrale associée à la reconnaissance faciale.

Les résultats sont surprenants : le cerveau réagit de la même manière aux smileys formés normalement, comme le :-), qu’aux visages orientés normalement. Mais alors qu’il considère un visage présenté à l’envers comme un visage, il ne fait pas de même avec un smiley formé à l’envers, comme le "(-:".

Un "langage émoticône"

Pour Owen Churches, auteur principal de l’étude, ces résultats font des émoticônes une nouvelle forme de langage produite par les humains – le cerveau d’un nouveau-né, par exemple, n’associerait pas un smiley avec un visage. Afin de décoder chaque émoticône, le cerveau a du s’adapter pour automatiquement la considérer comme un visage et non une simple image.

Sources : Le Point, The Independant