Chat : abaisser sa ration de croquettes le rendrait plus affectueux

Article mis à jour le 

Des chercheurs estiment que le rationnement des chats favorise leur affection tout en leur permettant de garder la ligne
Des chercheurs estiment que le rationnement des chats favorise leur affection tout en leur permettant de garder la ligne

Une étude rendue publique par le Journal of Veterinary Behavior met en évidence que les chats rationnés en croquettes ne sont pas pour autant plus agressifs que les autres, bien au contraire.

Et si le fait de diminuer les croquettes des chats permettait de les rendre plus affectueux ? C’est en tout cas ce que soutient la conclusion d’une étude issue du Journal of Veterinary Behavior et rapportée par le New York Times. Alors que de nombreux propriétaires jugent qu’abaisser la ration alimentaire de leur chat risque de le rendre agressif, des scientifiques américains de l’Université de Cornell avancent l’inverse. Mieux : au bout de huit semaines de régime, les chats auraient même tendance à se montrer plus tendres. D’où l’intérêt de réduire les rations.

Afin d’aboutir à ce résultat, les chercheurs ont étudiés 58 chats en surpoids auxquels ils ont soumis durant huit semaines trois régimes spécifiques, mais dont l’apport calorique était identique. Les propriétaires des chats en question ont été amenés à répondre à un questionnaire, de type : la réduction des croquettes ou de la pâté, suscite-t-il chez votre animal davantage les ronrons, les miaulements ou le sommeil ? Ou encore : votre chat fait-il plus ou moins preuve d’agressivité ou d’affection ?

 

Résultat : davantage de miaulements, mais pas d’agressivité

Hormis une recrudescence des sollicitations de la part des félins, qui se manifestent pour l’essentiel par des miaulements, aucun comportement vindicatif n’a été relevé par les chercheurs. De fait, inutile d’alimenter sans arrêt son chat, sous prétexte par exemple que celui-ci vient se frotter aux jambes. Une bonne manière de faire mincir son animal sans pour autant le priver et vous priver de son affection.

 

Sources : nytimes, slate