Le chocolat peut-il sauver les livres ?

Article mis à jour le 

Qui ne connaît pas les effets du chocolat sur le moral ? Eh bien sachez que la tablette de cacao n'a pas que l'avantage de lutter contre le stress. Ou du moins, son odeur. Une récente étude rapporte les vertus de cette dernière sur l'achat de livres.

En Belgique, des chercheurs de l'Université d'Hasselt et d'Anvers ont mis à contribution pendant 10 jours l'une des spécialités gastronomiques du pays. Une odeur de chocolat était diffusée dans une librairie belge par intermittence. Le but : observer l'influence olfactive sur les clients. Ce sont 201 personnes qui ont été soumises à l'étude sans le savoir.

Le résultat ? Une augmentation générale de la vente de bouquins de 20 %. Cela monte même jusqu'à 40 % en ce qui concerne les livres de cuisine et les romans à l'eau de rose. L'accroissement de la vente apparaît moins fort pour les romans policiers et historiques mais est tout de même de 22 %.

De plus, lorsque l'odeur était présente, les clients étaient plus disposés à rester dans les rayons et feuilleter les livres (2,22 %). Et ce sont les femmes qui semblent plus sensibles à l'effluve du chocolat.

Pour ce test, le contrôle de l'émission de l'odeur était primordial. Il fallait que ce soit assez fort afin que les personnes présentes dans le magasin distinguent l'arôme sans en avoir conscience. Et assez faible pour que ce ne soit pas perçu tout de suite.

chocolat thepinkpeppercorn flickr

Un constat qui n'est pas nouveau

De manière plus générale, d'autres études ont montré que la présence d'un parfum choisi en rapport avec un produit pouvait influencer l'achat de ce dernier. Il existerait donc bel et bien une connexion. Il faut savoir que les parties du cerveau associées au traitement de l'émotion sont étroitement liées à l'odorat.

Dans la vente, cette méthode qui consiste à faire appel à l'odorat de l'acheteur est appelée le "marketing olfactif". L'environnement créé doit paraître plus sympathique pour qu'il y ait une envie de rester sur place. Aux États-Unis, cette méthode est déjà utilisée dans 10 à 20 % des magasins.

Il est aussi bon de noter qu'à la différence des autres parfums, celui du chocolat n'influe pas uniquement sur les choses ayant un rapport direct avec lui. Serait-ce la solution pour rebooster les ventes de livres ?

Sources : Slate.fr, lesoir.be