Chômage : difficile de retrouver un emploi même après une formation

Article mis à jour le 

La formation professionnelle subventionnée par Pôle emploi semble subir la conséquence de la crise et de la hausse du chômage. En plus d’être difficile d’y accéder pour les chômeurs, moins d’un demandeur d’emploi sur deux trouverait un emploi et arriverait à le conserver après une formation. Afin de lutter contre la montée du chômage, le gouvernement promet une amélioration de ce système de formation professionnelle avant la fin de l’année.

Un chômeur peut avoir le droit à une formation de six mois proposée par Pôle Emploi lui permettant une meilleure insertion professionnelle. Pourtant, en bénéficier n’est pas chose facile : on estimait alors en 2012 qu’un chômeur sur dix y avait accès.

Une difficile conservation d’un emploi après une formation

La difficulté ne s’arrête pas là pour le chômeur. En effet, ceux y ayant accès n’ont pas la garantie d’obtenir un travail à la clef au bout de six mois. C’est ce que montre l’étude annuelle publiée par Pôle emploi le 13 juin dernier : l’agence estime que six mois après la fin d’une formation, moins d’un chômeur sur deux occupait un emploi.

Le problème tient aussi de la conservation de l’emploi : 70 % de chômeurs formés ont retrouvé un emploi mais près de la moitié n’a pas réussi à le conserver plus de six mois (45 ,5 %). Les formations ne seraient donc pas aussi efficaces sur le long terme tant et si bien que le taux de retour à l’emploi de 2012 a chuté de 4,6 points comparé à 2011.

La faible durabilité s’explique en partie à cause de la baisse considérable du nombre d’emplois durables proposés (CDI, CDD, mission d’intérim d’au moins six mois et créations d’entreprises) : en un an, ils auraient chuté de près de cinq points et seraient à 68,8 % en 2012 contre 73,9% en 2011. Quant aux cas précis des CDI, les propositions ont diminué également. Résultat : en 2011, ils représentaient quatre contrats sur dix pour passer à trois sur dix en 2012.

Des inégalités qui subsistent à l’embauche

Enfin, l’accès à l’emploi semble plus difficile pour les femmes chômeuses, d’après l’étude. En général, les hommes s’en sortent mieux que leurs congénères féminins. Parmi ceux ayant trouvé un emploi après les six mois de formation, 50,3 % étaient des hommes contre 39,9 % de femmes. Un constat plutôt accablant, d’autant plus que ce chiffre a doublé en un an. Enfin, toujours en termes de difficulté, passé l’âge de 30 ans il est encore plus difficile de retrouver un emploi pour le chômeur, même si l’expérience professionnelle reste un meilleur atout pour le retour à l’emploi.

Evidemment  les différences se voient aussi selon les types de formation. De façon générale, plus une formation se destine à un emploi précis, plus le chômeur formé trouvera un emploi, soit un taux de 70 % d’embauche après une formation à l’AFPR (Action de formation préalable à l’embauche) et de POE (Préparation opérationnelle à l’emploi).

Une loi à prévoir avant la fin de l’année

Lors de son intervention sur M6 le 16 juin dernier, François Hollande a déclaré que "l’enjeu majeur" était d’inverser la courbe du chômage. Il s’est ainsi engagé à faire davantage pour l’apprentissage et pour que "Pôle emploi soit plus efficace". Par ailleurs, en mars dernier le Président avait promis une réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage auprès des profils les plus exposés (les jeunes et les chômeurs).

L’objectif serait donc de proposer une formation à un chômeur sur deux dans les deux mois qui suivent la perte de son emploi. Dans le même temps, les 20 et 21 juin prochain, une conférence sociale réunira les partenaires sociaux afin d’évoquer les améliorations à faire sur les formations professionnelles pour la période 2013-2014.

Sources : L’Express ; Boursier.com