Climat : Bordeaux et New York sous l'eau à l'horizon 2040 ?

Article mis à jour le 

Quel niveau devrait atteindre la montée des eaux?
Quel niveau devrait atteindre la montée des eaux?

Une récente étude du climatologue américain James Hansen affirme que le niveau de la mer monte plus vite que les prévisions des scientifiques. Des villes côtières comme Miami, New York, Shanghai et Bordeaux pourraient être inhabitables d’ici la fin du siècle. De quoi remettre en cause en filigrane le nouveau plan écologique du président Obama, et l’inaction des gouvernements mondiaux.

Dans sa dernière étude publiée en juillet 2015, le climatologue James Hansen prétend que les glaciers vont fondre 10 fois plus vite que les estimations prévues. Ce qui pourrait faire grimper le niveau de la mer de trois mètres d’ici la fin du siècle. Ses calculs visent à mieux comprendre la circulation de l’eau dans les océans. En pratique, la fonte des glaces produit une eau froide et peu salée qui surnage, tandis que l’eau plus chaude est contenue vers le bas, au niveau du socle des glaciers Antarctiques. Or, plus ce socle déjà fragilisé se délite, et plus les glaciers coulent vite, et inversement selon un cercle vicieux. Rappelons que James Hansen, ancien scientifique de la NASA un temps censuré par l’administration Bush, est l’un des premiers chercheurs à avoir affirmé que le réchauffement climatique était à 99% causé par l’Homme.

Un scénario catastrophe

Toujours selon son modèle de prévision, des zones comme les plaines des Pays-Bas et le Bangladesh seraient submergées à l'horizon 2040. Le phénomène s’accompagnerait de violentes tempêtes et de grandes vagues. Le scénario d’Hansen est catastrophique : "Le désordre social et les conséquences économiques d’une montée des eaux de cette ampleur pourraient être dévastateurs. Il n’est pas difficile d’imaginer que les conflits provoqués par les migrations forcées et l’effondrement économique pourraient plonger la planète dans l’anarchie, menaçant le tissu de la civilisation.", estime-t-il. Et d’ajouter, acerbe, au sujet du discours engagé d’Obama sur le climat : "Ces actions sont pratiquement inutiles. Elles ne font rien pour attaquer le problème fondamental." Hansen va même jusqu’à comparer les efforts d’Obama et de Clinton à ceux du citoyen moyen qui décide de marcher au lieu de prendre sa voiture, pensant ainsi sauver le monde. La Maison-Blanche réserve sa réponse.

Une étude qui ne fait pas l’unanimité

Faut-il donc se préparer au pire ? L’étude d’Hansen a été nuancée par de nombreux experts, qui relèvent des imprécisions dans ses données et des extrapolations dans ses conclusions. Gavin Schmidt, un scientifique de la NASA a notamment déclaré que le rapport d’Hansen était seulement "un scénario, et pas l’évidence de ce scénario." Il ajoute que l’étude est tellement controversée qu’elle ne pourra pas infléchir les négociations internationales sur la réduction carbone. Que l’étude d’Hansen soit partiellement vraie ou fausse, que la montée des eaux se fasse sur un ou trois siècles n’est au fond pas la question. Mais gardons à l’esprit que le réchauffement climatique, la fonte des glaces et ses conséquences désastreuses sont une réalité que nous ne pouvons pas ignorer.

 

Source : Le plusMsnbcWUWT