La codéine désormais contre-indiquée pour les enfants de moins de 12 ans

Article mis à jour le 

Un sirop contre la toux - wikimedia commons
Un sirop contre la toux - wikimedia commons

L’Agence européenne du médicament (EMA) a indiqué le 13 mars que les médicaments contenant de la codéine étaient dorénavant déconseillés chez les enfants de moins de 12 ans, de même que chez les adolescents présentant des problèmes respiratoires. En cause : des effets indésirables.

Il faudra dorénavant se passer de codéine pour traiter la toux ou le rhume chez les enfants de moins de 12 ans et parmi les adolescents présentant des problèmes respiratoires. C’est en tout cas ce qu’a recommandé vendredi 13 mars 2015 l’Agence européenne du médicament (EMA). Rappelons que la codéine se trouve aussi bien dans de nombreux médicaments contre la douleur que dans ceux contre la toux et le rhume. Or, certains d’entre eux peuvent s’acheter librement dans les pharmacies.

Comme le met en évidence l’EMA, la codéine est en pratique transformée en morphine par le foie. Et pour certaines personnes, cette conversion s’effectue trop vite et peut alors causer des problèmes respiratoires. Il faut en effet savoir que la façon dont la codéine est changée en morphine chez les enfants de moins de 12 ans diffère d’une personne à l’autre, et ne s’anticipe donc pas.

Par le passé, l’EMA avait déjà mis en garde contre la codéine présente dans les médicaments contre la douleur en 2013. Mais il n’en était encore rien concernant les médicaments pour enfants contre la toux et le rhume en renfermant. C’est désormais chose faite : le Comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) de l’EMA souhaite que soient contre-indiqués ces derniers chez l’ensemble des enfants de moins de 12 ans.


Ne pas prendre les problèmes respiratoires des ados à la légère

L’EMA met aussi l’accent sur la sensibilité à la codéine des adolescents de 12 à 18 ans touchés par des problèmes respiratoires. La recommandation de contre-indication est donc également valable pour ces derniers, connus pour être des "métaboliseurs ultrarapides". En outre, la PRAC incite à ce que l’ensemble des médicaments liquides intégrant de la codéine soient contenus dans des récipients sécurisés, pour faire face à toute ingestion accidentelle.

À noter cependant qu’il faudra encore que les recommandations du PRAC soient validées par le comité européen de coordination (CMDh) avant de voir les choses changer. Rappelons que les médicaments contenant de la codéine sont actuellement toujours autorisés à l’échelle nationale.


Sources : sciencesetavenir, lesechos