Combien de langues régionales parlées reste-t-il en France ?

Article mis à jour le 

Pas évident d'établir avec précision le nombre de Français parlant ou comprenant une langue régionale. Mais quoi qu'il en soit, il ne fait aucun doute que ces dernières n'ont cessé au fil du temps de décliner en métropole. Résultat, la majorité d'entre elles ne sont plus employées que par des personnes âgées, et ce en dépit des efforts réalisés dernièrement pour développer leur enseignement. Mais au fait, quelles sont les zones où l'on parle une langue régionale, en France ?

Le flamand (de Bailleul à Dunkerque)

20 000 personnes (principalement des seniors) parleraient flamand en France. Néanmoins, l'apprentissage de cette langue a progressé depuis 2010.

Le breton (pointe ouest de la Bretagne)

Tandis que 15 340 élèves ont opté pour les filières bilingues français/breton en 2013, 172 000 personnes parlaient breton en 2007. La majorité d'entre elles ont plus de 60 ans.

L'alsacien (en Alsace)

Pas moins de 775 000 personnes (sur 1,8 millions d'habitants) parlent alsacien, d'après une enquête de l'OCLA réalisée en 2012. Bien que ce nombre semble élevé, il a en réalité largement diminué ces dernières années. Néanmoins, plusieurs centaines d'écoles bilingues existent en France. Il s'agit aujourd'hui de la deuxième langue régionale de France, d'après l'Insee.

Le basque (pays basque français)

51 100 personnes parlaient basque en 2011, ce qui représente 21,4 % des habitants du pays basque français. Toutefois, la langue serait en net déclin.

L'occitan (tiers sud de la France)

On évalue le nombre de français comprenant l'occitan à 600 000, mais seulement 110 000 personnes le parleraient réellement. En 2011, 55 318 élèves profitaient toutefois de son enseignement.

Le catalan (Pyrénées Orientales)

110 000 personnes parleraient le catalan en France.

Le corse (Corse)

Pas moins de 45 % de la population adulte de l'île, soit 90 000 personnes, indiquait en 2004 parler en corse avec ses proches. Néanmoins, d'après le collectif Parlemu corsu, 50 000 habitants s'exprimeraient correctement dans cette langue. À noter que les élèves corses bénéficient en primaire de 3h de cours sur le corse et sa culture chaque semaine.

Quid du créole antillais ? Enseigné au collège, au lycée et à l'université en tant qu'option, cette langue est très utilisée au quotidien, notamment dans les rapports de travail et entre amis.

Quid des langues kanak ? Pas moins d'une trentaine de langues sont parlées par seulement 70 000 personnes (sur 245 000 habitants) en Nouvelle-Calédonie, d'après les chiffres datant de 2009. Là-bas, les langues kanak sont entièrement intégrées dans les programmes scolaires du premier degré. Un certain nombre d'entre elles sont ensuite également perfectionnées à l'université de Nouvelle-Calédonie.

Quid du créole réunionnais ?

53 % des 800 000 Réunionnais indiquent utiliser le créole au quotidien. Il s'agit le la langue régionale la plus couramment utilisée dans les départements d'outre-mer. D'ailleurs, 80 % des Réunionnais parlaient uniquement le créole au cours de leur enfance. Depuis début 2000, l'enseignement du créole est assuré à l'école.

Quid du polynésien ?

En Polynésie, il existe encore quelques rares personnes âgées s'exprimant exclusivement en langues polynésiennes. La plus répandue n'est autre que le tahitien. Cependant, les langues polynésiennes continuent d'être enseignées en maternelle et en primaire, restant par la suite accessibles dans le secondaire en option.

Sources : LeFigaro, 20minutes, L'Express