Comment comprenons-nous les mots aux lettres mélangés ?

Article mis à jour le 

Suareiz-vuos lrie cse mots maglré lse lerttes méalngeés ?* Vous l'aurez sans doute remarqué, vous pouvez lire un texte et le comprendre même si certaines lettres ne sont pas à leur place. La lecture devient une sorte de devinette, la place des lettres perd son importance… Plusieurs théories étaient jusqu'alors avancées afin d'expliquer ce phénomène, mais restaient hypothétiques et incomplètes. La recherche de Colin Davis, professeur de psychologie, marque une véritable avancée dans la compréhension du cerveau et de la lecture, et présente un nouveau test, plus complexe.

Cette recherche, menée par Colin Davis, Professeur à l'Université de Londres, pourrait bien expliquer la dyslexie, et éclaircir le mystère des "bons" ou "mauvais" lecteurs. Car il n'y aurait aucun lien avec l'intelligence ou le travail, ni même avec les yeux, mais avec le fonctionnement du cerveau. Pendant longtemps, une théorie défendait l'idée que les lettres étaient interprétées 2 par 2. Aussi, pour un mot comme "TUILE", le cerveau lirait "TU – UI – IL – LE". Une autre théorie défendait au contraire l'idée de photographie dans l'ensemble, comme un dessin. Le mot serait un ensemble visuel, renvoyant à une réalité :

Uen etdue prétned qeu le creveau coprmend les mtos mélnagés. **

De plus, si l'on supprime les voyelles, la lecture est possible, mais l'inverse n'est pas vrai.

Ms prnts rfsnt q j rst chz mn grd pr ***

Exercice de lecture

La lecture n'est donc pas un décryptage lettre par lettre, mais une appréciation générale, une activité cérébrale intensive. Les tests de psychologie standards s'en tenaient jusqu'à présent à la première théorie, celle des paires. Ainsi, les chercheurs ont pu mieux comprendre quels groupes de lettres étaient plus importants, et les plus utilisés par le cerveau. Mais le mécanisme n'était pas observable, notamment pour les mots très mélangés comme " emxelpe" explique le Huffigton Post. Colin Davis a donc décidé de remplacer le test existant par une sorte d'algorithme informatique qui mélangerait les lettres de façon aléatoire. Les résultats ont été surprenants :

"Par exemple, si vous prenez le mot VACATION et le changez en AVACITNO, auparavant le test ne nous disait pas si le cerveau reconnaissait le mot en tant que VACATION parce que d'autres mots comme AVOCADO ou AVIATION pouvaient aussi venir à l'esprit d'une personne" selon Colin Davis. "Avec notre modification, nous pouvons montrer qu'effectivement le cerveau relie AVACITNO à VACATION, et ceci commence à nous donner un meilleur aperçu de la nature du code que le cerveau utilise"

Ces nouveaux tests prouvent donc que le cerveau ne "devine" pas en fonction de la place des lettres, plus ou moins similaire à d'autres mots. Il semblerait que le cerveau repère immédiatement toutes les lettres, et consulte une sorte de base de données. Chaque lettre, quelle que soit sa position, forme une entité visuelle et concrète. C'est pourquoi lorsque vous avez "IETUL" vous ne penserez jamais à "TULIPE". L'absence du "P" est trop importante. De plus, selon le contexte, nous traduirions "IUTEL" en "TUILE" ou "UTILE".

Pourtant, si les résultats de cette recherche sont novateurs, ils ne s'appliquent pas à tout le monde : certaines personnes, dyslexiques, confondent certaines lettres, les inversent ou changent des syllabes de place. Aussi, lorsque le code du cerveau sera cracké, la dyslexie sera en même temps comprise et ce trouble pourra être pallié. En effet, alors que la dyslexie était considérée tantôt comme de l'inattention, tantôt comme une maladie, il semblerait finalement que ce soit dû à un code cérébral différent, ce qui expliquerait aussi qu'il y ait des "bons" et des "mauvais" lecteurs.

Traductions des phrases modifiées :

* Sauriez-vous lire ces mots malgré les lettres mélangées ?

** Une étude prétend que le cerveau comprend les mots mélangés

*** Mes parents refusent que je reste chez mon grand-père.

Source : Huffington Post.fr ; BBC News