Comment les échanges de tennis sont 15 % plus rapides qu'il y a 30 ans

Article mis à jour le 

À entendre bon nombre d'inconditionnels du tennis sur terre battue, la belle époque du fameux sport de raquette remonterait à une trentaine d'années, heure de gloire des grands champions tels que Vilas, Borg, Connors ou encore McEnroe. Mais en définitive, est-ce que c'était vraiment mieux avant ? Pour répondre à la question, le journaliste Johan Hufnagel a comparé un échange Nadal-Djokovic en 2012 avec un échange Borg-Vilas de 1978.

Voilà près d'un mois que Yannick Noah, dernier français vainqueur en date du tournoi de Roland-Garros – c'était en 1983 –, écume les médias pour raconter du haut de ses 53 ans sa folle épopée.  Une bonne occasion pour les nostalgiques passionnés de tennis du tout venant de se remémorer la larme à l'œil la "grande époque" du tennis, celle des Vilas, Borg, Connors, Nastase, Lendi, McEnroe et quelques années plus tard celle des Mecir, Seles, Courier, Graf, Agassi et autres Sampras. Il faut dire que cela fait 30 ans tout juste qu'aucun Français n'est parvenu à soulever le prestigieux trophée.

Bien qu'il soit par définition sportivement impossible de mettre en parallèle différentes périodes, le journaliste Johan Hufnagel s'est amusé à comparer la vitesse des échanges d'il y a 30 ans avec ceux d'aujourd'hui. Plus précisément en mettant côte à côte un match Nadal-Djokovic en 2012 et un échange Borg-Vilas de 1978. Mais avant d'en arriver au cœur du sujet, notons toutefois qu'en l'espace de 30 ans, les raquettes de tennis en bois et boyaux naturels ont laissé la place à des bijoux technologiques incomparables.

Tant et si bien que lorsqu'on furète sur Dailymotion ou YouTube à la recherche de vidéos "vintage", le coup de vieux est garanti pour les personnes nées avant 1983. Tandis que la crise de rire est assurée pour les autres.

Vilas-Borg Vs. Nadal-Djokovic

Résultat, à la lumière de la comparaison réalisée par Johan Hufnagel, il faut nécessairement être bien installé dans son canapé pour ne pas perdre patience devant l'échange Vilas-Borg de 1978, où les deux joueurs vont faire passer la balle (blanche, à l'époque) pas moins de 86 fois au-dessus du filet, et ce deux minutes durant.  Par rapport à ce que le tennis a l'habitude de nous offrir aujourd'hui, c'est un peu comme observer deux éléphants donner des coups de raquette.

Ainsi, on a le sentiment qu'un siècle au moins – et pas 34 ans – s'est écoulé, lorsqu'on regarde la finale Nadal-Djokovic de l'an dernier. Si le dernier échange fait passer 44 balles jaunes de l'autre côté du terrain, soit près de deux fois moins qu'en 1978, le tennis pratiqué semble radicalement différent : les coups sont beaucoup plus violents, les déplacements beaucoup plus rapides, les corps plus puissants.


Borg-Vilas 1987 contre Nadal-Djokovic 2010 par Slatefr

D'ailleurs, en montant les deux matchs en parallèle, la différence est claire : le Suédois et l'Argentin vont mettre huit secondes de plus que Nadal et Djokovic pour atteindre le 44ème échange. C'est 15 % de vitesse en moins. Autant dire des siècles.

Sources : Le Monde, Slate.fr