Comment réussir ses photos culinaires ?

Article mis à jour le 

Avec le développement des smartphones, des blogs et des applications et sites internet permettant d'évaluer les restaurants – à l'instar de TripAdvisor –, il est devenu commun de prendre en photo son assiette pour faire partager son expérience gustative. Résultat, la photographie culinaire fait dorénavant partie du quotidien des Français. Voici quelques astuces pour réussir à immortaliser son plat au restaurant ou un gâteau tout juste sorti du four.

Difficile aujourd'hui, lorsqu'on part en vacances ou lors d'une sortie au restaurant entre amis, de ne pas jouer l'espace d'un instant le critique gastronomique en herbe. Pour ce faire, rien de tel qu'un cliché de son assiette pris à la volée avec son smartphone, qui pourra par exemple servir d'illustration pour un article posté sur TripAdvisor. Seulement voilà, contrairement à ce que l'on pourrait penser, la photographie culinaire – dont la qualité est largement variable – demande un certain nombre d'aptitudes pour être réussies.

Pour vous aider à épater la galerie, le photographe culinaire Franck Hamel a publié sur son site internet une série de recommandations. D'abord, il est important de trouver le bon angle, en fonction du sujet. Par exemple, si le plat est très graphique, il est conseillé – et tant pis si le plat a tendance à s'en retrouver écrasé – de le photographier par-dessus. En revanche, si le plat est en hauteur ou qu'il comporte plusieurs couches, comme un gâteau par exemple, il est préférable de l'immortaliser à l'horizontal. Il est également efficace de le prendre via un angle de 45 ° (autrement dit en semi-plongée), reproduisant ainsi la manière dont l'œil le perçoit.

S'agissant de l'éclairage, il est important de retenir que la lumière naturelle est toujours ce qu'il y a de mieux. Dans un restaurant, où la lumière naturelle est souvent limitée, il est ainsi préférable de prendre en photo une table située près d'une fenêtre. Une bonne façon de rendre hommage aux mets et de ne pas dénaturer leurs teintes. À noter que le flash est à bannir.

La meilleure façon de consacrer un aliment ou un plat et de le mettre à l'honneur est sans aucun doute de l'isoler au maximum pour éviter d'attirer l'œil vers une bouteille, des verres ou encore une serviette par exemple. Dans la même optique, des fonds neutres doivent être privilégiés.

Pour jouer avec la distance, il ne faut pas hésiter à aller au plus proche du produit, quitte à ne photographier qu'un détail du plat. Attention, il n'est pour cela pas nécessaire de placer votre viseur à quelques centimètres de ce dernier. À l'inverse, éloignez-vous et zoomez au niveau de la portion qui vous plait le plus. Dans cette configuration, le résultat ne sera évidemment que meilleur avec un véritable appareil photo, à même de donner un sentiment de profondeur au cliché, grâce aux effets de flou, notamment.

En photographie culinaire, le format le plus optimal est le mode portrait. Il est d'autre part conseillé si nécessaire de recadrer sa photo de façon à la rendre carrée, pour mieux s'adapter au sujet photographié.

Soyez réactifs, car dans bien des cas, plus vous prendrez votre photo rapidement, meilleur sera le résultat. Cette notion est surtout valable pour les plats chauds, dans lesquels la sauce a souvent tendance à se figer en quelques minutes. Ainsi, il ne faut pas hésiter à mitrailler son plat dès sa sortie du four ou son arrivée sur la table.

Les filtres sont une bonne astuce pour redonner de l'intérêt à un plat ou un cliché sans saveur. Pour cette raison, mieux vaut ne pas hésiter à s'en servir. Attention toutefois, il ne s'agit là que d'une roue de secours dont il ne faut pas abuser.

Sources : FranckHamel, Metro, Culinographie