Comment se sont formées les lunes de Mars ?

Article mis à jour le 

Des découvertes sur les satellites de Mars
Des découvertes sur les satellites de Mars

Si diverses théories ont été émises par les scientifiques sur la formation de Deimos et Phobos, les deux satellites de Mars, deux recherches indépendantes aboutissent aujourd’hui à la même conclusion. Les lunes de Mars se seraient formées suite à une collision intervenue entre 100 et 800 millions d’années après l’apparition de la planète rouge.

Les premières recherches, réalisées par les scientifiques de l’Institut de Physique du Globe de l’Université Paris Diderot avec des chercheurs belges et japonais, reposent sur une simulation de l’impact. D’après les chercheurs, une protoplanète 3 fois plus petite que la planète rouge l’a percutée, dégageant un nuage de poussières et de matériaux formant un disque étendu.

Plusieurs lunes

Les gros cailloux les plus proches de Mars auraient ensuite formé une lune beaucoup plus grande que Phobos. Perturbés par l’orbite de ce satellite gigantesque, les éléments situés dans les régions externes du disque ont mis quelques milliers d’années pour se rassembler et former à leur tour plusieurs petites lunes. La plupart d’entre elles seraient tombées sur Mars suite aux effets de marée de la planète rouge. Phobos et Deimos auraient survécu en raison de leur éloignement.

Une hypothèse confirmée

La seconde étude réalisée par des chercheurs du laboratoire d’Astrophysique de Marseille et parue dans The Astrophysical Journal exclut d’emblée la thèse de l’astéroïde capturé par le champ gravitationnel de la planète rouge. Elle démontre que les poussières fines présentes dans les lumières des deux lunes de Mars ne peuvent provenir que du gaz condensé dans la partie externe du disque formé après la collision.

Des preuves

Si les résultats de ces travaux semblent confirmer l’hypothèse de la grande collision, ils expliqueraient également pourquoi l’altitude de l’hémisphère nord de Mars est inférieure à celle de l’hémisphère sud. Seul le retour de la mission japonaise baptisée Mars Moon Exploration prévue en 2027 permettra de corroborer cette théorie avec l’analyse des échantillons de roches prélevés sur Phobos.

 

Sources: sciencesetavenir, sciencepost

Cet article a recueilli 3 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : nature