Vers une consultation à 30 euros chez les généralistes ?

Article mis à jour le 

Le syndicat des médecins libéraux voudrait voir la consultation des médecins généralistes passer à 30 euros minimum
Le syndicat des médecins libéraux voudrait voir la consultation des médecins généralistes passer à 30 euros minimum

Le prix de la consultation chez un médecin généraliste s’apprête-t-il à augmenter ? La CSMF, le syndicat des médecins libéraux, pense que le tarif de 23 à 25 euros pour une consultation est insuffisant. Raison pour laquelle elle demande une revalorisation du travail et des tarifs des généralistes et spécialistes.

Le prix de la consultation chez un médecin généraliste pourrait-il atteindre les 30 euros ? C’est le débat auquel se livrent actuellement la CSMF, le gouvernement et l’Assurance maladie. Les syndicats des médecins réclament cette augmentation et proposent de revoir les tarifs selon la complexité des cas.

 

Une hausse des prix en vue ?

Mercredi dernier, Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), a réclamé que le prix de la consultation chez un généraliste ou un spécialiste s’élève au minimum à 30 euros. Tarif qui devrait également selon lui varier en fonction de la complexité du cas présenté au médecin. Un souhait qu’il motive en affirmant que les tarifs actuels de 23 euros chez un généraliste, et 28 euros chez un spécialiste, ne sont pas réalistes.

Selon Jean-Paul Ortiz, cette sous-évaluation des compétences des médecins serait à l’origine de la frustration de ces derniers et de la diminution du nombre de personnes optant pour ce métier. C’est dans le but de redresser cette situation que la CSMF réclame cette hausse des tarifs, bien que le gouvernement et l’Assurance maladie s’y opposent farouchement.

C’est ainsi que le bras de fer entre les médecins et les autorités compétentes se poursuit. La CSMF refuse catégoriquement une hausse des prix limitée à 2 euros. Tandis que de son côté, le gouvernement s’oppose à toute négociation avant les élections du 12 octobre et l’ouverture des négociations pour une nouvelle convention en 2016. En attendant, la question sur l’augmentation des prix reste en suspens.

 

Sources : europe1, 20minutes