COP22 : la 22e conférence des parties sur le changement climatique se tient au Maroc

Article mis à jour le 

COP22 : la 22e conférence des parties sur le changement climatique débute au Maroc
COP22 : la 22e conférence des parties sur le changement climatique débute au Maroc

La 22e conférence des Nations unies sur les changements climatiques - ou COP 22 - a débuté ce lundi 7 novembre 2016 à Marrakech, au Maroc, et se terminera le 18 novembre 2016. Le royaume chérifien veut que cette conférence soit celle de l’action et de l’Afrique.

La COP 22 réunira une quarantaine de chefs d’État parmi lesquels 26 présidents africains, ainsi que quelques dirigeants européens, américains et asiatiques. Près de 30 000 personnes participeront aux négociations.

La centrale Noor : la fierté du pays

La première journée de cette COP 22 aura été marquée par la visite de la centrale solaire marocaine baptisée Noor, signifiant “lumière” en arabe. Cette mégacentrale, fierté du Maroc, occupe 400 hectares de plateaux arides près  de Ouarzazate. Elle sera opérationnelle d’ici 2030 et permettra de subvenir à 52% des besoins énergétiques du royaume. Le pays réduira ainsi ses émissions de CO2 d’environ 240 000 tonnes par an. À ce rythme, il est en bonne voie pour tenir ses promesses de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 32% à l’horizon 2030.

Des actions en faveur de l’environnement

Le Maroc ne se contente pas d’accueillir la COP 22, il montre également son intérêt pour l’environnement à travers différentes actions. Ainsi, le pays a consacré près de 7,5 millions d’euros à différents projets environnementaux, notamment l’achat de bus électriques, l’utilisation de panneaux solaires pour alimenter les éclairages publics ou la réhabilitation d’espaces verts abandonnés. À cela s’ajoutent les clips sensibilisant la population sur la protection de l’environnement et les mesures écologiques telles que l’interdiction des sacs plastiques.

Un modèle pour l’Afrique

Le Maroc se veut être un modèle pour l’Afrique. D’après Driss el-Yazami, membre du comité de pilotage marocain de la      COP 22, le royaume possède un “savoir-faire à faire valoir”. En effet, le pays justifie d’une grande expérience dans le traitement des déchets. Il a notamment transformé les déchetteries à ciel ouvert de Meknès et Rabat en centres de traitement de déchets ultramodernes.

Des résolutions en cours de négociation

Si la ministre marocaine déléguée à l’environnement a déjà annoncé la couleur en promettant une “grande annonce” par jour, de nombreuses mesures sont encore en cours de négociations. Cette semaine sera ainsi consacrée aux accords entre les 8 Parties, notamment l’Union européenne (28 états membres), le groupe “Parapluie” (9 pays non membres de l’UE), le G77 et la Chine, l’AOSIS regroupant les petits États insulaires, les pays les moins avancés (48 pays), le groupe Afrique (54 pays), le groupe de l’Intégrité environnementale et le groupe arabe comprenant 21 pays. Les débats tourneront autour de sujets essentiels comme l’adaptation de l’agriculture africaine ou les mesures pour faciliter l’accès aux financements prévus par l’accord de Paris.

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : nature