Cotisation retraite : pensez-y dès vos jobs d’été !

Article mis à jour le 

On n’y pense pas toujours quand on est jeune, on imagine que cela ne nous concernera pas avant longtemps. Et pourtant, la cotisation de votre retraite commence dès votre premier emploi déclaré. Job d’été ou job étudiant à l’année ou pendant les week-ends, quel que soit votre emploi, il est toujours considéré dans le calcul des cotisations. Alors que le rapport Moreau remis ce vendredi propose d’allonger la durée de cotisation obligatoire jusque 44 ans, voici un petit récapitulatif des petites choses à savoir vous permettant d’optimiser au mieux votre future retraite.

Aussi dérisoires peuvent-ils vous paraître, les jobs d'été et les petits boulots aussi vous permettent de cotiser pour votre retraite. Mis bout à bout, ces différents mois de besognes vous offrent ainsi la possibilité de valider quelques trimestres et ainsi optimiser votre cotisation retraite. Certes, cela ne fera pas des sommes considérables mais il est toujours bon d’y songer pour partir du bon pied.

Cotiser avec ses jobs d’été

Que ce soit animateur de colonie, vendangeur ou encore serveur, pour que votre job d’été optimise votre cotisation retraite, il doit avoir été déclaré. Notez bien que ce n’est pas la durée de votre job d’été qui détermine votre cotisation mais le niveau de rémunération.

Chaque année, un montant minimum permet de valider un trimestre de cotisation. Il doit représenter 200 fois le montant du Smic, soit 1 886 euros en 2013 (le Smic brut horaire étant fixé à 9,43 €). Si vous avez travaillé un mois puis quinze jours deux mois après ou encore tous les dimanches pendant un an, vous pouvez avoir suffisamment cotisé pour valider un ou plusieurs trimestres.

Il existe cependant une petite contrainte pour certains petits travaux dont la base forfaitaire est très faible. Dans un article, Capital donne l’exemple d’un animateur (de colonie ou en centre de loisirs) pour qui la base forfaitaire est de 9 euros pour une journée de travail soit 189 euros pour un mois de travail.

Surtout, n’oubliez pas de conserver vos fiches de paie, vous devez en effet être en leur possession afin de prouver à votre caisse de retraite que vous avez cotisé. Le contrat de travail seul ne suffit pas.

Et pour ma retraite complémentaire ?

Le système est identique concernant votre retraite complémentaire, à l’exception qu’il n’y a pas de salaire minimum. Les jobs d’été vous permettent donc d’obtenir des points quel que soit le montant du salaire perçu.

Si je suis stagiaire, puis-je en bénéficier ?

L’entreprise qui emploie un stagiaire plus de deux mois est tenue de verser une indemnité qui ne peut être inférieure à 436,05 euros par mois pour un stage à temps plein (35 heures par semaine). Cette indemnité étant exonérée des cotisations sociales, elle ne vous donne aucun droit pour votre future retraite.

En revanche, toutes les indemnités payées au-dessus de ce montant minimum sont soumises aux cotisations sociales et permettent donc de valider des trimestres dans le régime de base et des points pour votre régime de retraite complémentaire. Mais les cotisations ne seront calculées que sur le surplus. Si votre indemnité de stage est de 850 euros par exemple, vos cotisations seront calculées sur la base de 413,95 euros.

Pour les contrats de formation, d’apprentissage ou de professionnalisation

Rappelons que les personnes sous contrats de formation en alternance en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation sont des salariés à part entière. Cela leur donne donc le droit à la retraite de base et complémentaire.

Sources : Capital