Crédit immobilier : une quinzaine de banques remontent leurs taux !

Article mis à jour le 

Après une baisse historique, les taux des crédits immobilier repartent à la hausse
Après une baisse historique, les taux des crédits immobilier repartent à la hausse

À l’instar des banques, de nombreux établissements prévoient d’augmenter leurs taux de crédits dans les semaines à venir. La hausse devient donc générale.

Après une baisse ininterrompue depuis trois ans, les taux des crédits immobiliers repartent de nouveau à la hausse. Selon le courtier Vousfinancer.com, une quinzaine de banques régionales et nationales ont augmenté leurs taux de 0,05 à 0,30%, selon les établissements. Seul un établissement a revu ses taux à la baisse, tandis que les autres restent stables. On constate donc une hausse générale : certains établissements ont déjà annoncé qu’ils prévoient d’augmenter leurs taux prochainement.

Ce revirement s’explique par la hausse importante du taux d’emprunt de l’État, référence des crédits à taux fixe. Il est passé de 0,4% à 1,21% en l’espace de deux mois. Des économistes affirment que les taux d’intérêt continueront à grimper dans les mois à venir. Le taux de l’Obligation Assimilable du Trésor pourrait s’établir autour de 1,5% d’ici la fin de l’année. Cette augmentation aura pour conséquence de faire monter davantage les taux des crédits immobiliers.

Les emprunteurs ne seront que faiblement touchés

Si les taux augmentent de 0,5%, ceux qui s’étalonnent sur 20 ans passeront de 2,30% à 2,80%, ce qui demeure très bas. En effet, les taux sur 20 ans, en janvier 2012, étaient à 4,30%. Une personne qui emprunte 200 000 euros sur 20 ans verra sa mensualité augmenter de 30 euros.

Depuis janvier, les particuliers se précipitent auprès des courtiers et des banques pour souscrire un prêt ou pour renégocier leurs crédits. Cet afflux permet aux banques de devenir de plus en plus sélectives en choisissant les meilleurs clients. Phénomène qui défavorise notamment les jeunes désireux d’acquérir leur premier logement.

 

Source : Le Figaro, lesechos